Une assoc’ qui roule

Les randonneurs au Sacré-coeur. Au premier plan à droite : Emmanuel Delagarde

Ah, les rues pavées de Paris… Un ravissement à pied, un cauchemar en roulettes! Et les bouches d’évacuation qui bloquent les roues, ou encore les bordures du trottoir non abaissées…

C’est en parcourant la ville avec l’association Mobile en ville (Mev) que l’on se rend compte de cette série d’obstacles, invisibles au pied nu mais redoutables pour les fauteuils roulants, les rollers, les trottinettes ou les poussettes! Chaque deuxième dimanche du mois, entre sandalettes et tennis de touristes, les roulettes en tous genres se retrouvent place du Palais royal, Paris 1er, pour une randonnée d’une dizaine de kilomètres à travers Paris.

A gauche : les beaux mollets de François-Nicolas, et à droite : Arnaud, un adepte de la rando depuis plusieurs années.

Objectif du jour pour les fauteuils roulants, rollers et vélos téméraires : le Sacré Coeur! Un sacré parcours, avec montées et descentes bien pentues au menu. Mais pas de quoi décourager Emmanuel Delagarde, vice-président de Mev, qui slalome entre les piétons (qui ont souvent le nez en l’air) avec son fauteuil tout-terrain. Et teste tous les transports en commun de la ville. « Beaucoup d’incohérences existent. Mais la RATP m’a contacté il y a quelques années pour trouver des solutions! », explique-t-il. Depuis, de plus en plus de personnes handicapées prennent seules les bus, les tramways ou…la 14 (la seule ligne de métro équipée!). Une avancée qui réjouit Emmanuel. « Il faut vivre ensemble. La découverte du handicap par le reste de la population, c’était il y a dix ans. Avant, on était séparé des autres, on ne sortait qu’en groupe, que ce soit dans la rue ou à l’école.»

Car certes l’association pointe du pied toutes les entraves aux roulettes, mais elle est surtout un formidable lieu d’échanges entre personnes valides et invalides. Mev a été créée en 1998 par un roller et un fauteuil roulant, concernés par les mêmes difficultés à se déplacer en ville et réunis par la même envie de faire rouler les choses. Cette entraide commune fait pétiller les yeux d’Emmanuel. Ce casse-cou des quatre-roues (il en a un jour perdu une sur la route, et a quand même réussi à rentrer chez lui!) n’hésite pas à donner des conseils aguerris au débutant en roller. Le néophyte peut même se tenir à son fauteuil roulant! Et quand arrivent la fameuse butte de Montmartre, les rollers prennent le relais pour donner un coup de roulettes et pousser les fauteuils. « Mais s’aider, ce n’est pas se reposer sur l’autre», précise Emmanuel.

Si vous voyez une hétéroclite queue-leu-leu orange vif (de la couleur de leur tee-shirt phare) sillonner les rues de Paris, rejoignez-les, même pour un bout de chemin, pour en prendre plein les mirettes, et plein les roulettes.

Cette entrée a été publiée dans Portraits en pied. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Une assoc’ qui roule

  1. Nive dit :

    malgrè tous les problèmes que vous évoquez , à très juste titre, cette image donne envie de descendre les marches par tous moyens…et être à vos côtés pour partager vos éclats de rire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>