C’est la lutte finale

Boulogne, Le Havre, Istres, Tours, Angers, Clermont, Châteauroux et Laval. A cinq journées de la fin du Championnat, ces huit équipes n’ont plus rien à jouer en Ligue 2 (à moins que…). Pour les autres, la fin de la saison s’annonce excitante… ou angoissante. Le point en deux parties. Aujourd’hui, deuxième partie, la course à la montée.

Ils y vont tout droit : Evian-TG (1er)

 

Evian-TG file tout droit vers la Ligue 1

Evian, la surprise du chef

Cela fait trois saisons que la chanson se répète. Un petit promu arrivé tout droit du National, ne traîne pas en route et accède directement à la Ligue 1. Boulogne il y a deux ans, Arles-Avignon la saison dernière et aujourd’hui? Evian-Thonon Gaillard. Pour son premier exercice dans l’antichambre de l’éilte, le club haut-savoyard a tout simplement impressioné son monde. Premiers après trois journées, les hommes de Bernard Casoni ont sont toujours restés près du podium ou sur celui-ci. Le mélange entre vieux grognards – Cacapa, Sorlin, Barbosa et Goussé- et de jeunes pousses prometteuses – Adnane, Pouye, Bérigaud et Sagbo – s’est avéré être un succès. Sa victoire facile contre le Mans lundi dernier (3-0) a prouvé la valeur de cette équipe, qui compte désormais six points d’avance sur le quatrième et qui, sauf incident majeur, rejoindra la Ligue 1 la saison prochaine.

Ils sont bien partis : Dijon (2e) et Ajaccio (3e)

 

Dijon et Ajaccio ont toutes les cartes en main pour monter

Dijon, ca monte, ca monte!

Personne, pas même les dirigeants, n’attendait Dijon à un tel niveau. Patrice Carteron et ses troupes constituent la très agréable surprise de la deuxième partie de saison. Profitant du surplace en tête, les Bouguignons se sont rapprochés petit à petit du podium grâce à un parcours sérieux et n’on jamais relâché leurs efforts. Depuis le 12 février, le DFCO n’a perdu qu’un seul match, en a remporté 7, pour trois matches nuls, un parcours de champion! Grâce à un recrutement intelligent dans les divisions inférieures, à l’image de Benjamin Corgnet, repéré en CFA 2 et meilleur joueur de la Ligue 2, et un buteur redoutable, Sebastian Ribas, Dijon est devenu une valeur sûre de la Ligue 2. Avec 3 matches à domicile lors des cinq dernières journées (Châteauroux, Grenoble et Boulogne), le club a toutes les cartes en main pour monter et confirmer sa valeur.

Ajaccio, la foi retrouvée

Depuis sa descente en Ligue 2 en 2006, Ajaccio était devenu une valeur sûre de la Ligue 2, sans plus. A chaque fois calés au milieu du tableau, les Corses vivait des saisons pour le moins plates. Le constat a changé cette année, grâce à des valeurs retrouvées : combativité, rigueur et efficacité. Un parcours presque parfait à domicile (1 seule défaite) dans un Championnat serré a suffi aux Insulaires pour rester proche du podium. Une fois que, point par point, l’ACA a résussi à colmater les brèches à l’extérieur, le club s’est installé dans le trio de tête. Avec son duo d’attaquants Rivière-Socrier, Ajaccio a les atouts pour, enfin, replacer un club corse dans l’élite.

Ils vont se battre : Sedan (4e) et Le Mans (5e)

 

Sedan espère retrouver la Ligue 1

Sedan, la saison du renouveau?

Descendu en Ligue 2 en 2007, Sedan ne cessait de régresser depuis trois ans. 4e en 2008, 6e en 2009 et 10e en 2012, le CSSA a enfin retrouve son allant cette saison, sous la houlette de Landry Chauvin. Depuis la fin du mois d’août, les Sedanais trustent la première moitié du tableau. Alors qu’ils semblaient s’endormir au début du printemps, ils ont cette fois-ci trouvé les ressources pour se relancer. Malgré une claque contre Evian le 8 avril dernier (1-4), les coéquipiers de Nicolas Fauvergue ont relevé la tête, dominant Vannes et Laval avant d’aller chercher un très bon point à Ajaccio. Désormais placé au pied du podium, Sedan a un calendrier très ouvert – Metz, Reims, Nantes, Châteauroux et Tours – et donc une bonne opportunité de se hisser sur le podium.

Le Mans, que veux-tu?

Incompréhensible, c’est le mot qui définit le mieux le parcours du Mans cette saison. C’est à croire que l’inauguration du MMArena fin janvier a paralysé les Sarthois. Avec une seule victoire depuis le 21 février dernier, les hommes d’Arnaud Cormier connaissent une seconde partie de saison indigne d’un prétendant à la montée. C’est même un miracle qu’ils soient encore dans la course, à deux petits points du podium. Un accroc contre Tours ce soir serait suurement rédibitoire pour le Mans, qui étrennera son bijou de stade en Ligue 2 s’il continue comme ça…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

C’est la lutte finale

Boulogne, Le Havre, Istres, Tours, Angers, Clermont, Châteauroux et Laval. A cinq journées de la fin du Championnat, ces huit équipes n’ont plus rien à jouer en Ligue 2 (à moins que…). Pour les autres, la fin de la saison s’annonce excitante… ou angoissante. Le point en deux parties. Aujourd’hui, la course au maintien.

Ils sont (très) mal partis : Vannes (19e) et Grenoble (20e)

Grenoble - Vannes, le match des perdants

Grenoble : LA (mauvaise) surprise

Qui l’aurait cru? Relégué de Ligue 1 après un exercice épouvantable en Ligue 1, Grenoble semblait pourtant avoir les armes pour lutter dans la course à la (re)montée. Mais tout le contraire a eu lieu, les Isérois reproduisant le même parcours… en Ligue 2 cette fois-ci. Derniers du Championnat depuis le 24 septembre, le National leur tend les bras. Relégués à six points de la zone rouge, les hommes d’Yvon Pouliquen ont tout contre eux, comme en, témoigne le scénario des quatre dernières journées. Contre Reims (1-1), Ajaccio (0-1) et Tours (2-2), ils ont à chaque fois laissé filer des points dans les dernière minutes, tandis qu’ils ont encaissé un but contre leur camp avant de rater un penalty face à Châteauroux (1-1). A cinq journées du terme, Grenoble est au fond du trou… et devrait y rester.

Vannes :  Réguliers dans la médiocrité

Qu’elle semble loin cette finale de la Coupe de la Ligue perdue face à Bordeaux il y a deux ans (4-0). Alors qu’on croyait les Bretons bien installés en Ligue 2, ils ont réalisé jusque là un parcours exceptionnel… dans son irrégularité. Relégables depuis début novembre, les hommes de Stéphane le Mignan n’ont jamais paru capables de se révolter. De beaux succès acquis à Châteauroux (2-0), Boulogne (1-0) et même au Mans (0-1) n’ont jamais réussi à compenser un bilan désastreux à la Rabine. A quatre points de la ligne de flottaison, il va falloir colmater les brèches au plus vite.

Ils vont se battre : Metz (17e) et Nîmes (18e)

Romain Rocchi et Metz sont à la lutte avec Nîmes dans la course au maintien

Metz : Une saison à sauver

Metz n’a jamais été plus haut que la… 16e place cette saison en Ligue 2. A peine pensable pour une équipe qui jouait la montée! Les Grenats semblent avoir trouvé la clé pour se sauver mais paient très cher une début de saison catastrophique ( 3 victoires à la trêve). Alors qu’on les croyait partis pour lutter avec Grenoble pour la dernière place, les Messins se sont repris et ont moins appris à ne pas perdre. Désormais sorties de la zone rouge, les troupes de Dominique Bijotat ne sont pas relégables grace à un meilleur goal-average sur…

Nîmes : les montagnes russes

Les Nîmois ont peut-être vécu la saison la plus paradoxale de leur histoire, marquée notamment par le passage de trois entraîneurs. Le premier, Jean-Michel Cavalli, a payé le relâchement de son équipe à l’automne après un début de saison correct. Le second, Noël Tosi, a tout d’abord redonné espoir aux crocodiles (14 points pris entre la 15e la 20e journée) avant de les poser au bord de la zone rouge à l’issue de la 25e journée. Le troisième, Thierry Froger, a permis de retrouver un équilibre (2 victoires, 3 nuls, 2 défaites). Les pensionnaires du stade des Costières suivent à la trace les Messins. Le déplacement en Moselle lors de l’avant dernière journée vaudra son pesant de cacahouètes.

Ils ne sont pas à l’abri : Reims (14e), Nantes (15e) et Troyes (16e)

Grace à un très bon parcours à la maison, les Rémois sont bien partis pour se maintenir

Reims : Sur la bonne voie

Si certaines équipes cherchent un exemple dans la course au maintien, ils peuvent observer le parcours de Reims depuis la reprise en janvier. Quelle est la régle d’or quand on veut se sauver? Prendre des points à la maison. Et Reims, malgré un accroc contre Dijon vendredi dernier, l’a bien compris : 17 points pris sur 24 possibles depuis le début de l’année. Ajoutez-y quelques unités grapillées à l’extérieur et les Rémois se sont sortis de la zone rouge où ils traînaient depuis le début de la saison. Désormais à 41 points, les pensionnaires d’Auguste-Delaune n’ont pas de souci à se faire s’ils gardent en tête cette recette.

Nantes : Une saison galère

Dirigeants, joueurs et supporters nantais n’ont qu’une hâte, terminer cette saison… Mais avant cela, il faudra penser à assurer le maintien. Le dernier succès contre Angers vendredi dernier (2-1) a fait un bien fou aux Canaris, mais il faut assurer les points au plus vite. Cela fait deux saisons que le maintien se joue à 44-45 points et cette année ne devrait pas déroger à la règle. Les hommes d’Anziani doivent donc donner un dernier coup de collier pour passer à autre chose et reconstruire. Mais le chantier s’annonce long et difficile dans la maison jaune.

Troyes : La jurisprudence 2009

Troyes semble avoir tout ce qu’il faut pour se maintenir… sauf de la mémoire. Il y a deux ans, à la même éqoque les Aubois étaient confortablement installés au milieu du tableau avec leurs 40 points. Mais au moment de la dernière ligne droite, ils s’étaient effondrés, le maintien s’était joué à 44 points et ils étaient descendus en National. Aujourd’hui, Troyes a… 40 points et a perdu ses trois derniers matches. Une coincidence? Pas si sûr! En tout cas, les troupes de Furlan ont grand intérêt à se réveiller sous peine de retourner au pugatoire. Avec un déplacement au Havre et une réception du Mans à venir, c’est pas gagné…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Abardonado : «Rien à perdre»

Emmené par son capitaine « Pancho » Abardonado, Grenoble se rend à Tours vendredi (20h00) pour y décrocher «au moins un point» et continuer à croire au maintien.

Abardonado et Grenoble croient encore au maintien.

5. C’est le nombre de points que Grenoble a laissé filer ces trois dernières journées. Contre Reims (1-1) et à Ajaccio (0-1), les coéquipiers de « Pancho » Abardonado ont craqué dans les dernières minutes. Vendredi dernier, face à Châteauroux (1-1), ils ont d’abord encaissé un but contre leur camp avant de rater le pénalty de la victoire. «C’est le lot des équipes en bas de classement. Rien ne veut nous réussir, déplore le capitaine grenoblois. On espère que la chance va basculer. En tout cas, on fait tout pour ça.»

Derniers de Ligue 2 depuis le mois de septembre, les Isérois, pourtant candidats à une remontée directe dans l’élite n’ont jamais réussi à sortir de la zone rouge. «En arrivant ici l’été dernier***, j’ai compris après quelques matches que le mal était profond. La saison dernière en Ligue 1 a fait très mal, et quand on repart sur la même base cette année, ce n’est pas évident de trouver les mots.» Malgré tout, les hommes d’Yvon Pouliquen ne sont qu’à quatre points de Metz, premier non relégable, avant d’affronter quatre gros clients (Tous, Boulogne, Evian et Dijon).

«C’est peut-être mieux pour nous de jouer des équipes qui jouent la montée, espère l’ancien Marseillais. La pression sera sur nos adversaires. Nous, tout le monde nous voit condamnés, donc on n’a rien à perdre. C’est ce qu’on s’est dit à la mi-temps contre Châteauroux et on est revenus au score. A nous de continuer à garder cet état d’esprit pour sauver le club. Si on doit descendre, l’essentiel est que l’on n’ait rien à se reprocher sur les six dernières journées.» Et l’opération sauvetage commence à Tours vendredi soir. «C’est une très bonne équipe mais on n’a pas le droit à l’erreur. On y va pour prendre au minimum un point.» A condition de ne pas craquer dans les dernières minutes…

***Abardonado restera… si le club se maintient. Arrivé à Grenoble à la fin du mercato estival, « Pancho » Abardonado n’a qu’une certitude quant à son avenir. «Si on se maintient, je suis certain de rester jusqu’à la fin de mon contrat (en juin 2012, ndlr). Les dirigeants m’ont même proposé de prolonger si on reste en Ligue 2, et pour moi, ce ne sera pas un problème.» En revanche, en cas de relégation en National, «je préfère me donner un temps de réflexion. J’en ai discuté longuement avec le futur actionnaire, M.Maillol : je préfère ne pas annoncer que je vais rester alors qu’au moins de juin, je risque de partir. J’ai plusieurs pistes en Ligue 2 et une en Ligue 1 à condition que le club en question s’y maintienne…»

Retrouvez mon article sur l’equipe.fr

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ajaccio a trouvé son rythme

Grâce à son match nul à Dijon lundi soir (1-1) dans le choc de la 32e journée de Ligue 2, Ajaccio conforte sa place sur le podium. Avec une seule défaite lors de leurs dix derniers matches, les Corses sont bien partis vers la Ligue 1.
.


DIJON – AJACCIO par Ligue2


Longtemps cette saison, Ajaccio a traîné comme un boulet sa difficulté à se déplacer sur les terrains de la Ligue 2. Intraitables à domicile, les Corses n’arrivaient pas à fructifier les points acquis à François-Coty. La lourde défaite au Mans lors de l’inauguration du MMArena semble avoir servi de déclic aux hommes de Pantaloni. Depuis ce triste 29 janvier et une lourde défaite (3-0), ils n’ont perdu qu’une seule rencontre, encore loin de l’île de Beauté, plus précisément à Nantes au mois de mars (2-0).
.
Battu une seule dois à domicile, Ajaccio est enfin devenu solide à l’extérieur, comme en témoignent sa victoire à Vannes et ses matches nuls acquis à Metz et Tours. Dernier exemple en date, le point obtenu à Dijon lundi soir, face à un concureent direct au maintien. Après l’ouverture du score des Bourguignons par Debès conre son camp (12e), les Insulaires ont immédiatement réagi par Poulard (16e). La suite? Ils ont fermé la rencontre, bien déterminés à tenir leur objectif : ne pas perdre.
.
Grâce à cette nouvelle philospohie, ils sont désormais sérieusement implantés sur le podium. Avec au programme la réception de Sedan et un déplacement à Boulogne, Ajaccio a l’occaasion de confirmer sa très belle deuxième partie de saison. En gagnant sur ses terres et en ne perdant pas à l’extérieur, il ne peut rien lui arriver.
.
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sedan recolle, Le Havre décroche

Sedan qui recolle au podium grâce au revenant Allart, Le Havre qui est au point mort, Thil qui libère Boulogne et Mainfroi symbole de la poisse grenobloise, c’est le bilan de la 32e journée de Ligue 2.

La perf’ : Sedan n’ a pas dit son dernier mot, Allart non plus.


SEDAN – LAVAL par Ligue2

Il y a deux semaines, cela semblait écrit. Après avoir été balayé à domicile par Evian-TG (1-4) et malgré une saison encourageante, Sedan semblait hors course pour la montée. Mais voilà, en deux journées, les Ardennais ont retrouvé de l’espoir. Après s’être facilement imposé à  Vannes (3-0) il y a dix jours, les hommes de Landry Chauvin ont enchaîné face à Laval vendredi dernier (2-0). Un succès acquis grâce à un doublé d’Alexis Allart. Et le symbole a du sens: indésirable depuis trois mois, l’attaquant a été aligné suite au forfait de Nicolas Fauvergue. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a su saisir l’opportunité et remis ses coéquipiers dans le droit chemin. Désormais à un petit point du podium, Sedan se remet à rêver d’une montée dans l’élite, quatre ans après l’avoir quittée. La prochaine journée devrait nous en dire -beaucoup – plus sur le potentiel de cette équipe, qui se rendra à Ajaccio vendredi. Un vrai test…

Le bide : Le Havre n’avance plus

Malgré un saison mitigée, Le Havre avait une énorme  occasion de se relancer dans la course au podium en recevant Evian-TG, leader de la Ligue 2 depuis quatre journées. Malheureusement, les Normands n’ont pu faire mieux qu’un bien triste match nul (0-0). Et encore, ils s’en sortent à bon compte tant les hauts savoyards ont dominé la seconde mi-temps. En l’espace de quatre jours -et une défaite au Mans (1-0) et ce match nul – les Havrais ont définitivement mis un terme à leurs espoirs de montée. N’ayant pas gagné un seul de leurs sept derniers matches et avec une moyenne d’un point sur les sept dernières journées, ils n’y sont plus. Relégués a quatre points du podium en attendant le match entre Ajaccio et Dijon lundi soir, il faudrait se réveiller très vite pour encore y croire. Le seul motif d’espoir : Le Havre n’affrontera que des équipes en dehors du top 10 jusqu’à la fin de la saison…

L’homme de la journée : Grégory Thil, le sauveur de Boulogne

Grégory Thil a encore inscrit un but décisif pour Boulogne

C’est devenu un habitude du côté de Boulogne. A chaque fois qu’ils sont dans une mauvaise passe, Grégory Thil est là pour aider ses coéquipiers. Et cela s’est une nouvelle fois vérifié vendredi dernier contre Tours (3-2). Dans le match de la dernière chance dans la course à la montée, le buteur nordiste a libéré les siens à sept minutes de la fin du match, et permis à Boulogne de se replacer à trois points du podium. En capitaine exemplaire, Thil a marqué d’une superbe reprise de volée, pour permettre à son équipe – qui avait déjà mené deux fois au score durant la partie- de définitivement prendre les devants. Avec ou sans Thil, Boulogne n’est jamais le même…

Le but du week-end : Manfroi symbole de la poisse grenobloise.


GF38 – CHATEAUROUX par Ligue2

Dans les bas fonds du classement depuis le début de la saison, Grenoble continue de se battre. Mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Une semaine après sa vaine mais courageuse résistance à Ajaccio, Grenoble a laissé filer trois points qui lui étaient pourtant servis sur un plateau. Face  à Châteauroux (1-1), les hommes d’Yvon Pouliquen auraient dû l’emporter. Mais voilà, ils ont encaissé d’emblée un but contre leur camp, par l’intermédiaire du pauvre Mainfroi, qui a détourné une longue touche de Baby dans ses propres filets. Et une fois revenus au score, les Isérois ont accumulé la poisse jusqu’au bout. En effet, Mandrichi a manqué un penalty, dont la transormation aurait replacé ses coéquipiers à deux petits points de la zone rouge. Mais quand ça ne veut pas…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sedan recolle au podium

Vainqueur de Laval (2-0) vendredi, Sedan se rapproche du trio de tête et profite des nuls entre Le Havre et Evian-TG (0-0) et Le Mans et Metz (0-0).

Alexis Allart a inscrit un doublé contre Laval

Alors qu’on le croyait hors du coup après avoir été balayé par Evian-TG (4-1), il y a quinze jours, Sedan retrouve tous ses espoirs de montée en Ligue 1, grâce à sa victoire sur Laval (2-0). Après leur succès facile le week-end dernier à Vannes (3-0), les hommes de Landry Chauvin ont récidivé face aux Mayennais, grâce à un doublé d’Alexis Allart. Encore indésirable il y a peu, l’attaquant ardennais a profité de la blessure de Fauvergue pour retrouver sa place, avec le succès que l’on connaît. Grâce à cette victoire, Sedan recolle à un petit point du podium, après le triste match nul du Mans face à Metz (0-0). Incapables de faire la différence, les pensionnaires du MMArena ont frôlé la correctionnelle face à des Lorrains bien organisés et qui ont eu plusieurs occasions par l’intermédiaire de Duhamel.

Statu quo dans la course au maintien

Sedan profite également du match nul et vierge entre Le Havre et Evian-TG (0-0), à l’issue d’une rencontre pourtant animée. Si les Savoyards restent leaders, les Havrais ont peut-être dit adieu à leurs derniers espoirs de montée. Le constat est le même pour Tours, battu à Boulogne (3-2) qui, lui, doit encore espérer retrouver l’élite. Les hommes de Michel Estevan peuvent une nouvelle fois remercier Grégory Thil, auteur d’un but décisif à cinq minutes de la fin du match.

Dans la course au maintien, ce fut la soirée des opportunités manquées. Pour Nîmes et Nantes tout d’abord, qui n’ont pas réussi à se départager (2-2). Deux fois menés, les Gardois ont sauvé les meubles dans le temps additionnel grâce au jeune Thibault, habitué des joutes en CFA2. Grenoble a quant à lui accompli un grand pas vers le National en concédant le nul sur sa pelouse face à Châteauroux (1-1) alors que Mandrichi a raté un penalty. Vannes, battu à Clermont (1-0), pourrait bien accompagner les Isérois à l’échelon inférieur.

Retrouvez mon article sur l’equipe.fr

Publié dans Non classé | Un commentaire

Evian prend les devants

Ajaccio, qui est venu à bout de Grenoble (1-0) et Evian TG qui a dominé Istres (3-2) creusent l’écart en tête de la Ligue 2. Dijon a été accroché à Nantes (1-1).


En suivant les rencontres de la 31e journée de Ligue 2, les joueurs du Mans et du Havre, qui se retrouveront au MMArena lundi soir, ont dû se rendre compte qu’ils devront s’imposer sous peine d’être détachés dans la course à la montée. Car Evian-TG et Ajaccio n’ont pas raté l’occasion de creuser l’écart en tête de la Ligue 2. Mais que ce fût compliqué pour les deux équipes. Alors qu’ils menaient 2-0 à la mi-temps face à Istres, grâce notament au premier but de Claudio Caçapa en Ligue 2, les hommes de Bernard Casoni se sont faits rejoindre lors du deuxième acte. En capitaine exemplaire, Barbosa a libéré les siens au tout début du temps additionnel. Un but qui permet à son équipe de conforter sa place en tête de la Ligue 2, devant Ajaccio. De leur côté, les Corses ont buté 82 minutes sur le mur érigé par Grenoble. La libération est venue de Poulard, qui permet à ses coéquipiers de griller la politesse àDijon sur le podium.

Sursis pour Nantes, Nîmes dans la zone rouge

Les Bourguignons ont en effet concédé le nul à la Beaujoire, contre des Nantais qui ont frôlé la correctionnelle. Impuissants face aux coéquipiers de Sebastian Ribas, auteur de son 19e but de la saison, les Canaris ont évité la catastrophe grâce à un coup franc de Gakpe en toute fin de match. Dans le groupe de poursuivants, Sedan a fait la belle opération en s’imposant facilement à Vannes (3-0), grâce à un doublé de Fauvergue. Les troupes de Landry Chauvin se retrouvent quatrièmes. Ils profitent des déroutes de Tours à Châteauroux (0-3) et de Boulogne à Reims (1-4). Angers a rejoint les deux perdants de la soirée au classement, grâce à sa victoire à Troyes (2-1), idéale pour préparer la demi-finale de Coupe de France face au PSG la semaine prochaine.

Dans la lutte pour le maintien, la lutte s’annonce serrée entre Metz et Nîmes. Les premiers ont concédé un incroyable match nul sur leur pelouse face à Clermont (3-3), pourtant réduit à dix pendant plus de 30 minutes. Les Messins ont sauvé la baraque en toute fin de match grâce à Duhamel et sortent de la zone rouge aux dépens de Nîmes. Les Gardois se sont logiquement inclinés à Laval (1-0), malgré un grand Butelle, qui a notamment arrêté un penalty. Que ce soit en haut ou en bas du classement, le suspense reste entier.

Retrouvez mon article sur l’equipe.fr


Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Evian-TG file vers la Ligue 1

Evian qui mate la concurrence, Boulogne qui se la joue masochiste, Grax qui retrouve le chemin des filets et Gragnic qui marque au bon moment, c’est le bilan de la 30e journée de Ligue 2.
.

La perf’ : Evian-TG est le patron


SEDAN – EVIAN par Ligue2

Les 10.000 spectateurs du stade Louis-Dugauguez n’en croyaient pas leurs yeux. Vendredi soir, leurs protégés se sont faits emporter par la vague Evian-TG et son attaquant ivoirien Yannick Sagbo, auteur d’un triplé. Dans un match capital dans la course à la montée, les Sedanais ont fait illusion durant les quinze première minutes, à l’issue desquelles ils ont ouvert par le score (15e). Ensuite? La réorganisation tactique opérée par Bernard Casoni a fait des dégats. Les Savoyards ont repris l’avantage avant la mi-temps, avant de plier le match d’une main de maître (4-1). En plus d’être mathématique – Evian reste en tête de la Ligue 2 et relègue Sedan à six points – l’opération est surtout psychologique. Un an après rejoint la Ligue 2, les leaders ont toutes les armes pour passer directement à l’étage supérieur.

Le bide : Boulogne, que veux-tu?

Incompréhensible. C’est le mot qui définit le parcours de Boulogne cette saison, marquée pur une succession de belles performances puis de matches vides. Vendredi dernier, quatre jours après une belle victoire à Nantes (2-1) qui les relançait vers la Ligue 1, les hommes de Michel Estevan ont paru impuissants face à Vannes (0-1), pourtant avant-dernier du Championnat. Les Bretons sont venus chercher, avec la manière en plus, un succès vital qui les replacent à une petite unité de la zone de relégation. Quant aux Nordistes, ils laissent échapper une place sur le podium. Comment réagiront-ils vendredi soir à Reims, autre équipe en danger? Personne ne le sait…

L’homme du week-end : Grax, retour (presque) gagnant

Sebastian Grax a retrouvé le chemin des filets

On l’avait presque oublié, Sebastien Grax! L’attaquant passé, sans succès, par Saint-Etienne et Sochaux est revenu en cours de saison du côté de ses premières amours, Troyes, où il avait inscrit 26 buts en 65 apparitions de 2004 à 2006. Et vendredi, c’est du côté de Clermont que le buteur s’est rappelé au bon souvenir des gardiens de but, en inscrivant un doublé, ce qui lui permet d’ouvrir son compteur en Ligue 2. Malheureusement, ses coéquipiers ont du concéder le nul (2-2) à Gabriel-Montpied après le sursaut de Privat (17e but cette saison) et de ses troupes.

Le but de la journée : Gragnic (Reims)


GF38 – REIMS par Ligue2

C’est ce que l’on appelle un match à ne pas perdre. Entre un Grenoble (20e) ressucité par son succès à Metz et un Reims (16e) qui veut garder le fil de son opération maintien, la défaite n’est pas une option. Au final, les deux équipes se sont quittés sur un score de parité (1-1) qui ne fait pas les affaires des Isérois. En revanche, les hommes de Fournier, vu le scénario du match, s’en contentent. Car son équipe a été dominée toute la partie et ne doit son salut qu’à Gragnic, qui est allé tromper Viviani d’un très beau coup-franc à la 87e minute de jeu. Avec ce résultat, les Rémois gardent une marge de quatre points sur la zone rouge, profitant des matches nuls de Nîmes et de Metz. Quant aux Grenoblois, il y a encore un petit espoir de maintien mais pour le conserver, il faudra à l’avenir garder un résultat.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Nantes – Boulogne, destins croisés


Après la victoire de Boulogne à Nantes lundi soir (2-1), les deux équipes se sont quittés avec des perspectives bien différentes : les Nordistes peuvent désormais regarder vers la haut tandis que les Canaris ont désormais les yeux braqués sur le rétroviseur.


FCN – USBCO par Ligue2

La deuxième partie de saison de Nantes ressemble à un long calvaire. Quatrième à la trêve, les Canaris n’ont gagné que deux matches depuis la trêve et occupent désormais une peu glorieuse quinzième place avec cinq petits points d’avance sur Metz, le premier relégable. Et les 10.000 spectateurs de la Beaujoire lundi soir n’ont pas de quoi être rassurés par ce qu’ils ont vu. Dans un match d’un niveau affligeant, les hommes de Philippe Anziani ont multiplié les approximations techniques, incapables de faire un contrôle propre et d’enchaîner avec une passe correcte.

Face à eux, les Boulonnais n’ont pas fait mieux. Mais, au moins, ils peuvent compter sur leur capitaine, Grégory Thil, qui sait sortir son équipe de la morosité. Bien qu’auteur d’un match mayen, l’attaquant nordiste a inscrit un doublé, ouvrant le score sur penalty avant d’offrir la victoire aux siens en toute fin de match, sur un superbe enchaînement contrôle dos au but – frappe enchaînée. Contrairement à leurs adversaires du soir, les troupes de Michel Estevan, qui a redonné un second souffle au club depuis son arrivée en janvier, peuvent désormais lorgner sur le podium, qui n’est plus qu’à un petit point. Dans cette triste soirée, c’est bien le seul motif d’espoir… ou pas.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Parce que Dijon…

Dijon qui n’arrête plus d’étonner, le Mans au point mort, Fauvergue qui revient au meilleur moment et Turan qui redonne l’espoir à Grenoble, c’est le bilan de la 29e journée de Ligue 2.

La perf’: C’est Dijon qui régale


VANNES – DIJON par Ligue2

Il y a quinze jours, au soir de la 28é journée de Ligue 2, la question se posait : et si Dijon venait jouer les trouble-fête? Après sa victoire probante à Vannes vendredi soir (4-2), le DFCO a répondu de la meilleure manière aux interrogations. Menés 1-0 à la pause, les hommes de Patrice Carteron ont déroulé leur jeu en seconde mi-temps, inscrivant quatre buts et touchant deux fois les montants. Une nouvelle fois, les Bourguignons ont pu compter sur leur attaquant uruguayen Sebastian Ribas, auteur d’un doublé qui le place désormais seul en tête du classement des buteurs. Avec son petit budget et sa campagne de recrutement intelligente dans les divisions inférieures, Dijon est désormais à un petit point du podium… Et si le rêve de la Ligue 1 devenait réalité?

Le bide : Le Mans n’avance plus

6. C’est le nombre de journées consécutives sans victoire pour le Mans. Pour un prétendant à la montée, le bilan est peu flatteur. Avec quatre nuls et deux défaites lors de ses six derniers matches en Ligue 2, les Sarthois abordent de la plus mauvaise des façons le sprint final. Dernier accroc en date : un triste match nul au MMArena face à Angers vendredi soir (0-0). Profitant du faible rythme en tête du Championnat, les troupes d’Arnaud Cormier sont toujours sur le podium. Mais pour combien de temps?

L’homme du week-end : Nicolas Fauvergue, retour gagnant

Il y a trois semaines, à Istres, Nicolas Fauvergue a subi un grave traumatisme crânien. L’attaquant sedanais ne pensait plus rejouer cette saison. Finalement, l’ancien Lillois est revenu plus tôt que prévu sur le terrain. Au grand bonheur du CSSA puisqu’il a inscrit les deux buts de la victoire à Troyes vendredi soir (2-0). Fauvergue a ouvert le score de la tête en début de deuxième mi-temps avant de plier le match sur penalty. Un succès capital pour les Ardennais dans la course à la montée puisqu’il leur permet de se replacer à deux points du podium. Avec un Nicolas Fauvergue, Landry Chauvin et ses joueurs ont toutes les raisons d’y croire.

Le but du week-end : Turan relance Grenoble


METZ – GF38 par Ligue2

Avant le déplacement à Metz vendredi, Yvon Pouliquen avait été clair : «c’est le match de la dernière chance». Et cette dernière chance, les joueurs grenoblois ont su la saisir, dans un match à six points dans la course au maintien. Et la libération est venue du côté gauche, ou le latéral Turan laissait Gueye sur place et lobait astucieusement Delle. Grâce à ce succès à Saint-Symphorien, les Grenoblois reviennent à quatre points de la zone de flottaison et recollent à trois petites unités de leurs adversaires du soir, qui n’ont gagné qu’un seul de leur sept derniers matches…

Les résultats

Le classement

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire