Nantes – Boulogne, destins croisés


Après la victoire de Boulogne à Nantes lundi soir (2-1), les deux équipes se sont quittés avec des perspectives bien différentes : les Nordistes peuvent désormais regarder vers la haut tandis que les Canaris ont désormais les yeux braqués sur le rétroviseur.


FCN – USBCO par Ligue2

La deuxième partie de saison de Nantes ressemble à un long calvaire. Quatrième à la trêve, les Canaris n’ont gagné que deux matches depuis la trêve et occupent désormais une peu glorieuse quinzième place avec cinq petits points d’avance sur Metz, le premier relégable. Et les 10.000 spectateurs de la Beaujoire lundi soir n’ont pas de quoi être rassurés par ce qu’ils ont vu. Dans un match d’un niveau affligeant, les hommes de Philippe Anziani ont multiplié les approximations techniques, incapables de faire un contrôle propre et d’enchaîner avec une passe correcte.

Face à eux, les Boulonnais n’ont pas fait mieux. Mais, au moins, ils peuvent compter sur leur capitaine, Grégory Thil, qui sait sortir son équipe de la morosité. Bien qu’auteur d’un match mayen, l’attaquant nordiste a inscrit un doublé, ouvrant le score sur penalty avant d’offrir la victoire aux siens en toute fin de match, sur un superbe enchaînement contrôle dos au but – frappe enchaînée. Contrairement à leurs adversaires du soir, les troupes de Michel Estevan, qui a redonné un second souffle au club depuis son arrivée en janvier, peuvent désormais lorgner sur le podium, qui n’est plus qu’à un petit point. Dans cette triste soirée, c’est bien le seul motif d’espoir… ou pas.

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>