C’est la lutte finale

Boulogne, Le Havre, Istres, Tours, Angers, Clermont, Châteauroux et Laval. A cinq journées de la fin du Championnat, ces huit équipes n’ont plus rien à jouer en Ligue 2 (à moins que…). Pour les autres, la fin de la saison s’annonce excitante… ou angoissante. Le point en deux parties. Aujourd’hui, deuxième partie, la course à la montée.

Ils y vont tout droit : Evian-TG (1er)

 

Evian-TG file tout droit vers la Ligue 1

Evian, la surprise du chef

Cela fait trois saisons que la chanson se répète. Un petit promu arrivé tout droit du National, ne traîne pas en route et accède directement à la Ligue 1. Boulogne il y a deux ans, Arles-Avignon la saison dernière et aujourd’hui? Evian-Thonon Gaillard. Pour son premier exercice dans l’antichambre de l’éilte, le club haut-savoyard a tout simplement impressioné son monde. Premiers après trois journées, les hommes de Bernard Casoni ont sont toujours restés près du podium ou sur celui-ci. Le mélange entre vieux grognards – Cacapa, Sorlin, Barbosa et Goussé- et de jeunes pousses prometteuses – Adnane, Pouye, Bérigaud et Sagbo – s’est avéré être un succès. Sa victoire facile contre le Mans lundi dernier (3-0) a prouvé la valeur de cette équipe, qui compte désormais six points d’avance sur le quatrième et qui, sauf incident majeur, rejoindra la Ligue 1 la saison prochaine.

Ils sont bien partis : Dijon (2e) et Ajaccio (3e)

 

Dijon et Ajaccio ont toutes les cartes en main pour monter

Dijon, ca monte, ca monte!

Personne, pas même les dirigeants, n’attendait Dijon à un tel niveau. Patrice Carteron et ses troupes constituent la très agréable surprise de la deuxième partie de saison. Profitant du surplace en tête, les Bouguignons se sont rapprochés petit à petit du podium grâce à un parcours sérieux et n’on jamais relâché leurs efforts. Depuis le 12 février, le DFCO n’a perdu qu’un seul match, en a remporté 7, pour trois matches nuls, un parcours de champion! Grâce à un recrutement intelligent dans les divisions inférieures, à l’image de Benjamin Corgnet, repéré en CFA 2 et meilleur joueur de la Ligue 2, et un buteur redoutable, Sebastian Ribas, Dijon est devenu une valeur sûre de la Ligue 2. Avec 3 matches à domicile lors des cinq dernières journées (Châteauroux, Grenoble et Boulogne), le club a toutes les cartes en main pour monter et confirmer sa valeur.

Ajaccio, la foi retrouvée

Depuis sa descente en Ligue 2 en 2006, Ajaccio était devenu une valeur sûre de la Ligue 2, sans plus. A chaque fois calés au milieu du tableau, les Corses vivait des saisons pour le moins plates. Le constat a changé cette année, grâce à des valeurs retrouvées : combativité, rigueur et efficacité. Un parcours presque parfait à domicile (1 seule défaite) dans un Championnat serré a suffi aux Insulaires pour rester proche du podium. Une fois que, point par point, l’ACA a résussi à colmater les brèches à l’extérieur, le club s’est installé dans le trio de tête. Avec son duo d’attaquants Rivière-Socrier, Ajaccio a les atouts pour, enfin, replacer un club corse dans l’élite.

Ils vont se battre : Sedan (4e) et Le Mans (5e)

 

Sedan espère retrouver la Ligue 1

Sedan, la saison du renouveau?

Descendu en Ligue 2 en 2007, Sedan ne cessait de régresser depuis trois ans. 4e en 2008, 6e en 2009 et 10e en 2012, le CSSA a enfin retrouve son allant cette saison, sous la houlette de Landry Chauvin. Depuis la fin du mois d’août, les Sedanais trustent la première moitié du tableau. Alors qu’ils semblaient s’endormir au début du printemps, ils ont cette fois-ci trouvé les ressources pour se relancer. Malgré une claque contre Evian le 8 avril dernier (1-4), les coéquipiers de Nicolas Fauvergue ont relevé la tête, dominant Vannes et Laval avant d’aller chercher un très bon point à Ajaccio. Désormais placé au pied du podium, Sedan a un calendrier très ouvert – Metz, Reims, Nantes, Châteauroux et Tours – et donc une bonne opportunité de se hisser sur le podium.

Le Mans, que veux-tu?

Incompréhensible, c’est le mot qui définit le mieux le parcours du Mans cette saison. C’est à croire que l’inauguration du MMArena fin janvier a paralysé les Sarthois. Avec une seule victoire depuis le 21 février dernier, les hommes d’Arnaud Cormier connaissent une seconde partie de saison indigne d’un prétendant à la montée. C’est même un miracle qu’ils soient encore dans la course, à deux petits points du podium. Un accroc contre Tours ce soir serait suurement rédibitoire pour le Mans, qui étrennera son bijou de stade en Ligue 2 s’il continue comme ça…

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>