Dijon, et pourquoi pas?

Dijon qui se place dans la course à la montée, Chateauroux qui joue avec le feu, Socrier et Rivière qui empilent les buts et Angers qui déroule, c’est le bilan de la 28e journée de Ligue 2.

La perf’: Dijon se met à rêver
.


DIJON – METZ par Ligue2

Dans une Ligue 2 plus serrée que jamais, une petite série suffit à se placer comme candidat à la montée. Dernier exemple en date : Dijon. Avec 13 points pris sur 18 possibles lors des six dernières journées, les hommes de Patrice Carteron occupent désormais une cinquième place, bien planqués à trois points du podium. Vendredi dernier, c’est Metz qui est tombé à Gaston-Gérard (2-1), grâce notamment à un nouveau but de Ribas. Auteur de 16 buts cette saison, l’attaquant uruguayen porte ses coéquipiers vers le haut du tableau. Avec deux matches à venir à sa portée (déplacement à Vannes, réception de Laval), le DFCO pourrait jouer les trouble-fête jusqu’au bout. Et pourquoi pas se retrouver dans l’éilte?
.
Le bide : A quoi joue Châteauroux?
.
Dans la famille « difficile à suivre », je demande Châteauroux. Cette saison, les coéquipiers de Fernandez sont les rois des montagnes russes. Ils enchaînent les séries de bons résultats et de contre-performances. Avant la réception de Vannes, les Castelroussins semblaient lancés vers un maintien tranquille, avec une belle alternance : victoire à domicile, nul à l’extérieur. La réception de Vannes, avant-dernier, vendredi soir semblait idéale pour enchaîner. Mais voilà, les troupes de Didier Tholot aiment se compliquer la vie et se sont logiquement inclinés face à de valeureux Bretons (0-2). Désormais 15e, à cinq points de la zone rouge, il n’y a pas le feu à Châteauroux, mais  à force de se laisser aller, la surprise pourrait s’avérer désagréable au soir du 27 mai.
.
Les hommes du week-end : Richard Socrier et Jean-François Rivière
.
.
Pour la première fois de la saison, Ajaccio est monté sur la première marche du podium, suite à une nouvelle victoire  sur sa pelouse. Cette fois-ci, c’est Reims qui a fait les frais de la maîtrise corse à François-Coty (0-3). Une nouvelle fois, les Insulaires ont fait la différence grâce à leur paire d’attaquants, Rivière-Socrier. Le premier a ouvert le score sur penalty (39e) avant que son compère d’attaque n’assomme  les Champenois juste avant la mi-temps. Auteurs de 20 buts à deux cette saison, la doublette pourrait bien ramener l’ACA en Ligue 1,  cinq saisons après sa relégation.
.
Le but du week-end : Diego Gomez (Angers)
.


ANGERS – EVIAN par Ligue2

Ce n’est peut être pas le plus beau but de l’histoire du ballon rond, mais il est symbolique de la confiance retrouvée du SCO Angers. Face à Evian-Thonon-Gaillard, pourtant en route vers la montée, les Angevins ont déroulé leur football (3-0). Et le troisième but, signé Diego Gomez, en témoigne. Après un double une-deux avec Saivet, le milieu de terrain argentin bat Laquait, le portier savoyard, d’une frappe du gauche. Un joli but qui a clôturé une belle soirée à Jean-Bouin. Et le constat est d’autant plus flatteur pour les hommes de Jean-Louis Garcia que ceux-ci n’ont pas encaissé le moindre but à domicile lors de ses cinq dernières rencontres, toutes compétitions confondues. Plus de trois semaines avant de recevoir le Paris-SG en demi-finale de la Coupe de France, ça peut toujours servir.
.
.
.
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sedan «a les cartes en main»

En déplacement au Mans vendredi soir (20h00), Sedan veut rester accroché au wagon de tête. Le coach Landry Chauvin se confie.

Sur le banc sedanais, Landry Chauvin étonne. Même au sein du club ardennais, quand il décide par exemple de se priver de cadres tels que Fauvergue, Eudeline et Allart pour le déplacement à Clermont vendredi dernier. «C’est un choix totalement assumé, assure l’entraîneur des Sangliers. Les garçons ont beaucoup donné depuis le début de la saison, certains avaient besoin de repos et j’ai préféré aligner les joueurs les plus en forme.» Au final, ses troupes ont quitté l’Auvergne avec un point (1-1), et n’ont pas réussi à se relancer en Championnat, où ils n’ont gagné qu’un seul de leurs sept derniers matches. «Au niveau comptable, ce n’est pas satisfaisant, mais dans le contenu, il y a du mieux.»

Le déplacement au Mans vendredi soir n’est pas idéal pour engranger les points. Malgré une défaite à Boulogne lundi (0-1), le leader de la Ligue 2 tourne à plein régime depuis un mois. Les Sarthois ne semblent pas connaître la pression du podium, contrairement à leur visiteur du soir. «Mon effectif a beaucoup moins d’expérience, reconnaît Chauvin. Beaucoup de joueurs découvrent la Ligue 2.». Une fois dans le trio de tête, comme cela a été le cas fréquemment depuis le début du mois d’octobre, «notre jeu est moins spontané, il y a plus de pression. En plus, on a pas été gâtés par les conditions climatiques. S’entraîner en salle tout le mois de décembre n’est pas l’idéal en termes de préparation.»

«Pas un match charnière» en vue de la troisième place

Avec le retour des beaux jours, l’ancien entraîneur des moins de 18 ans du Stade Rennais espère le meilleur. «A quatorze journées de la fin, vu notre position (7e à trois points du podium, ndlr), on ne va pas cacher nos objectifs de montée.» Pour autant, au MMArena, «ce n’est pas un match charnière. Si l’on perd, on laisse s’échapper le Mans mais la troisième place restera à notre portée.» Et d’ici à la fin de la saison, son équipe va croiser sur son chemin une ribambelle de concurrents directs, comme Le Havre, Evian-TG, Ajaccio ou encore Tours lors de la dernière journée. «Au moins, on n’est pas dépendants des résultats des autres. On a les cartes en mains pour aller chercher la montée.» Et continuer à étonner.

Le programme de la 25e journée

Retrouvez mon article sur l’equipe.fr

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Reims, l’exemple à suivre

Reims qui s’impose une nouvelle fois à domicile et s’éloigne de la zone rouge, Nîmes qui s’enlise au classement, Socrier qui envoie Ajaccio sur le podium et Akrour qui enterre les illusions de Grenoble, c’est le bilan de la 24e journée de Ligue 2.

La perf’: Reims engrange à domicile

Quand on lutte pour le maintien, il y a une règle d’or : prendre les points à domicile. Et les Rémois l’ont bien compris. Depuis la reprise au mois de janvier, les hommes d’Hubert Fournier ont enchaîné les victoires à Auguste-Delaune. Après s’être offert Montpellier en 32es de finale de la Coupe de France, les Champenois ont tour à tour dominé Le Mans (3-0), Le Havre (2-1) et Vannes (3-1) vendredi dernier. Résultat : ils se sont sortis de la zone de relégation dans laquelle ils végétaient depuis la fin du mois d’août. Des performances à domicile qu’il serait bon d’enchaîner en vu de la réception de Nice en quart de finale de la Coupe de France, mais surtout de Metz, concurrent direct dans la lutte pour le maintien, le 4 mars prochain.

Le bide : Nîmes sur terrain glissant

L’effet Noël Tosi est bel et bien passé du côté de Nîmes. Arrivé à la tête de l’équipe première au début du mois de novembre à la place de Jean-Michel Cavalli, l’ancien entraîneur d’Angers avait pourtant relancé son équipe, remonté dans la première partie du tableau au moment des fêtes de fin d’année. Mais 2011 a stoppé l’embellie. Un nul et quatre défaites plus tard, dont la dernière à Angers vendredi soir (0-2), les Crocodiles occupent un inquiétante 17e place, à deux petits points de la zone rouge. Tosi paie très cher les départs au mercato hivernal de ses deux meilleurs joueurs offensifs, Moukandjo et Ayité, partis respectivement vers Monaco et Brest, et non remplacés. Nîmes n’a pas marqué en Ligue 2 depuis le 15 janvier. Une nouvelle contre-performance contre Clermont vendredi soir aux Costières enfoncerait un peu plus le club gardois dans la crise.

L’homme du week-end : Akrour enfonce Grenoble

On appelle ça un faux-frère. Nassim Akrour a fait très mal à Grenoble, son ancien club, vendredi soir. Passé en Isère de 2005 à 2010, l’attaquant istréen a cueilli à froid ses anciens coéquipiers à la 49e minute d’une volée imparable. Presque gêné, le joueur algérien n’a manifesté aucune joie et s’est même excusé auprès du kop local. A l’issue de la rencontre, le GF 38 a concédé sa cinquième défaite à domicile de la saison (0-2) et voit ses illusions de maintien s’étioler un peu plus. Désormais relégué à sept points du premier non relégable, Nîmes, les hommes d’Yvan Pouliquen se dirigent droit vers le National, un an après avoir quitté la Ligue 1.

Le but de la journée: Socrier encore décisif

Sur les huit buts que Richard Socrier a inscrits depuis le début de la saison, sept ont rapporté des points à Ajaccio. Et la règle s’est encore confirmée vendredi soir face à Evian-TG. Une victoire (1-0) grâce à laquelle les Corses montent sur le podium de la Ligue 2, pour la première fois cette saison. Le buteur des insulaires a bien exploité un ballon repoussé par Laquait pour glisser intelligemment le ballon au fond des filets. Ce n’est peut-être pas le pus beau but de sa carrière mais il vaut de l’or et confirme la maîtrise des hommes d’Olivier Pantaloni sur leurs terres. Avec un calendrier assez abordable, notamment à domicile, Ajaccio pourrait bien s’inviter sur le podium de la Ligue 2 au soir de la dernière journée.

Les résultats

Le classement

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ajaccio maître sur ses terres

Ajaccio accueille Evian-TG vendredi soir (20h00) pour un match capital dans la course à la montée. Les Corses, intraitables à domicile, visent le podium.

Une victoire, six nuls, cinq défaites. Avec un tel bilan à l’extérieur après 23 journées, une équipe occupe au mieux une place confortable en milieu de tableau. Mais dans une Ligue 2 plus serrée que jamais, où aucune équipe ne parvient à se détacher en tête, Ajaccio fait plus que jamais partie des candidats à la montée. Cette chance, les hommes d’Olivier Pantaloni la doivent surtout à un parcours presque parfait à domicile, avec 26 points pris sur 33 possibles. Au moment d’aborder le sprint final, les Corses se retrouvent en cinquième position, à égalité de points avec Le Havre (3e) mais surtout à quatre longueurs d’Evian-TG (2e) qui se présente sur l’Ile de Beauté vendredi soir. Les Savoyards, à l’inverse de leurs hôtes, sont très performants hors de leurs bases. 

Impériaux à domicile, fragiles à l’extérieur

«Face à un adversaire direct pour la montée en Ligue 1, une contre-performance nous reléguerait à sept points, ce qui, à quatorze journées de la fin du Championnat, ferait beaucoup», a prévenu Pantaloni sur le site officiel de l’ACA. En revanche, une victoire propulserait les insulaires sur le podium, en route vers la promotion. Cette (re)montée dans l’élite, les Ajacciens ne peuvent l’envisager qu’en allant, enfin, aligner les résultats à l’extérieur. Encore une fois, lundi dernier, ils sont repartis de Metz avec un petit point (2-2) à l’issue d’un match qu’ils ont globalement dominé.

 «On discute beaucoup de nos lacunes à l’extérieur, reconnaît le technicien corse. Quand on est mené 1-2 par une équipe qui ne nous met pas en danger, c’est frustrant. Mais les joueurs ont eu une très belle réaction pour aller chercher le match nul. Un autre visage est apparu et il faut que ça continue.» Et ce, dès vendredi soir, où les coéquipiers de Jean-Baptiste Pierazzi tenteront de rester souverains à François-Coty, sur un terrain qu’ils maîtrisent bien.

Retrouvez mon article sur l’equipe.fr

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Sedan craque, Le Havre en profite

Sedan qui s’incline à domicile au plus mauvais moment, Le Havre qui retrouve le trio de tête, Diego qui régale à Tours et Mézague qui offre un grand bol d’air à Vannes, c’est le bilan de la 22e journée de Ligue 2.

La perf’ : Le Havre reste dans la course

Dans cette Ligue 2 ou aucune équipe n’arrive à se détacher, un bon parcours à domicile permet de rêver à une accession à l’élite. Et Le Havre l’a bien compris. Grâce à une prestation solide face à Clermont samedi, les Normands sont remontés sur le podium, dont seul Ajaccio pourrait les chasser en cas de succès à Metz lundi soir. Un succès sur la plus petite des marges acquis suite à un but contre son camp de Perrinnelle. Meilleure équipe sur ses terres (8 victoires, 3 nuls, 1 défaite), les hommes de Cédric Daury doivent désormais être plus régulier à l’extérieur (un seul succès cette saison) pour retrouver la Ligue 1.

Le bide : Sedan, premier couac à domicile

Voilà une première que Sedan aurait préféré s’éviter. Invaincu à domicile depuis 26 matches, les Ardennais ont craqué face à Angers (1-0), pourtant pas au mieux cette saison et dont l’actualité de la dernière semaine était marquée par la garde à vue de son président, Willy Bernard. Les hommes de Garcia ont trouvé la faille dès la deuxième minute de jeu par Saivet et ont tenu leur avantage. Cette deuxième défaite de rang pousse les Sangliers hors du podium de la Ligue 2, alors qu’ils y ont été présents quinze fois cette saison. Depuis son festival offensif devant Ajaccio (4-1) le 15 novembre dernier, Sedan n’a engrangé que huit points sur vingt-quatre possibles. Il est grand temps de réagir !

L’homme du week-end : Diego, le monsieur plus de Tours.

Arrivé à Tours l’été dernier en provenance du Honved Budapest (Hongrie), Diego aura eu besoin de six mois pour s’adapter. L’attaquant brésilien semble avoir enfin lancé sa saison. Après avoir inscrit le but victorieux contre Evian-Thonon-Gaillard lors de la 22e journée, il a doublé la mise samedi après-midi à Laval. Et il y a mis les formes: après avoir enrhumé son défenseur d’un superbe contrôle orienté, il s’est engouffré dans la surface mayennaise pour lober Balijon d’un astucieux lob (9e). Une très belle ouverture du score pour les Tourangeaux, qui se sont néanmoins contentés du match nul à Francis-Le-Basser (2-2). Diego pourrait reprendre le flambeau de l’attaque du TFC, délaissé par Guié Guié, en perte de vitesse.

Le but de la journée : Mézague, une frappe libératrice

Dans un match à ne pas perdre contre le FC Nantes, Vannes a eu la bonne idée de s’imposer (1-0) et ainsi se replacer, en attendant le match de Metz lundi soir, à un point de Reims, le premier non relégable. Et le but de la victoire a été inscrit avec la manière. Suite à une touche, Mézague récupère le ballon aux 35 mètres, combine avec Quintuin et envoie une superbe frappe au ras du montant de Ndy Assembe, battu (58e). Dans une rencontre crispée, le milieu de terrain a offert un vrai bol d’air aux Bretons.

Les résultats de la 23e journée

Le classement

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les chocs des extrêmes

Le Mans, Evian-Thonon-Gaillard et Sedan, les trois pensionnaires du podium de Ligue 2 accueillent tous les trois des équipes mal en point au classement. Sauf surprise, le podium devrait rester inchangé à l’issue de la 23e journée de Ligue 2.

Le trio de tête peut se détacher

C’est ce que l’on appelle le hasard du calendrier. Le Mans (1er), Evian-Thonon-Gaillard (2e) et Sedan (3e) reçoivent tous les trois ce week-end des équipes pas au mieux en Ligue 2, respectivement la lanterne rouge Grenoble, Chateauroux (16e) et Angers (14e), dont l’actualité a été marquée cette semaine par la mise en examen de son président, Willy Bernard.  Attention cependant à l’excès de confiance pour Le Mans et Evian, qui n’ont pris chacun que 15 et 17 points sur 33 possibles à domicile depuis le début de la saison.

L’occasion est tout de même belle pour le trio de tête de faire le plein de points et, surtout, de prendre une petite marge sur les poursuivants. En attendant le périlleux déplacement d’Ajaccio (4e) à Metz (18e) lundi, Tours (5e) s’attend en effet à un match compliqué sur la pelouse de Laval (15e) tandis que Le Havre accueille une équipe de Clermont (11e) capable du meilleur comme du pire.

Istres au révélateur

Et s’il y a une équipe qui peut tirer profit de cette 23e journée, c’est bien Istres. Encore 19e au début du mois de novembre, les hommes de José Pasqualletti sont invaincus en Ligue 2 depuis 10 matches (6 victoires, quatre nuls) et occupent une belle huitième place, à trois petits points du podium. La réception de Boulogne (7e) à Parsemain devrait nous en dire plus sur le potentiel de l’équipe provençale et sur sa capacité à jouer les trouble-fête dans la course à la Ligue 1.

Match de la peur pour Vannes

Et s’il y a bien une équipe qui tremble à la veille de cette 23e journée de Ligue 2, c’est bien Vannes. Au fond du trou, les hommes de Stéphane Le Mignan n’ont remporté qu’un seul de leurs treize dernier matches en Ligue 2 et ont plongé au classement (19e). Un nouvel échec contre Nantes samedi juste avant un déplacement périlleux à Reims, concurrent direct pour le maintien, serait lourd de conséquences pour les Bretons. Dans les colonnes de Presse Océan, Michel Gestin a prévenu : «Il faut vite se ressaisir et engranger des victoires au stade de la Rabine. Sinon, on aura du mal à s’en sortir. »

Rendez-vous samedi à 15 heures pour suivre cette journée!

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ajaccio fait sauter la banque

Ajaccio qui étrille Troyes et se rapproche du podium, Vannes qui fonce vers le National, Thorstein Helstad qui offre la victoire au Mans et Le Havre qui prend deux buts-gags, c’est le bilan de la 22e journée de Ligue 2.

La perf’ : Ajaccio a du coeur.

Sur sa pelouse, Ajaccio fait figure d’épouvantail de la Ligue 2. Troyes en a fait les frais samedi après-midi sur l’Ile de beauté. Les hommes de Jean-Marc Furlan ont été sèchement battus (3-0) par une équipe corse intraitable. Une victoire nette et sans bavure des insulaires grâce à des réalisations de Rivière (3e), Socrier (19e) et Delort (76e). Du boulot bien fait qui permet à Ajaccio de se placer au pied du podium, à égalité de points avec Sedan. Avec de telles performances à François-Coty (8 victoires, 2 nuls, 1 défaite), les troupes d’Olivier Pantaloni peuvent viser très haut. Reste désormais à mieux s’exporter. Le déplacement à Metz le 14 février prochain est une occasion idéale pour aller chercher un deuxième succès à l’extérieur cette saison et enfin s’affirmer comme un prétendant sérieux à la montée en Ligue 1.

Le bide : Vannes prend l’eau

Rien na va plus à Vannes! Dans un match à six points contre la FC Metz, les hommes de Stéphane Le Mignan se sont encore écroulés à domicile. Pourtant, les Vannetais avaient fait le plus dur en ouvrant le score par Martot au quart d’heure de jeu. Mais les Bretons se sont faits endormir par des Messins, pourtant mal en point, qui sont revenus au score grâce à Guerrerio (30e) avant de prendre les devants à vingt minutes de la fin par Duhamel. Le VOC est ainsi dépassé au classement par ses adversaires de l’après-midi et se retrouvent à l’avant-dernière place, avec un seul point d’avance sur la lanterne rouge, Grenoble. Ca devient inquiétant. A quand un premier succès en 2011?

L’homme de la journée : Thorstein Helstad (Le Mans)

C’est le genre de but qui peut valoir très cher en fin de saison. Alors que les Manceaux étaient accrochés sur la pelouse de Châteauroux, Thorstein Helstad a libéré les sien en toute fin de partie. Peu en vue en Ligue 1 lors du dernier exercice, l’attaquant norvégien martyrise les défenses de Ligue 2 depuis le début de la saison. Il rejoint d’ailleurs grâce à ce but le Clermontois Sloan Privat en tête du classement des buteurs (12 réalisations chacun). Grâce à lui, l’équipe mancelle est confortablement installée sur le podium et peut croire plus que jamais à un retour vers la Ligue 1.

Les buts du week-end: Les cadeaux des Havrais.

Comment perdre un match à sa portée et voir la montée s’éloigner un peu plus? La réponse, ce sont les Havrais qui l’ont. En déplacement à Reims samedi après-midi, les hommes de Cédric Daury avaient l’occasion de se relancer dans la course à l’élite. Mais voilà, les Normands ont offert sur un plateau la victoire à des Rémois qui n’en demandaient pas tant. Placide a encaissé deux buts « casquette ». Sur le premier, Traoré n’appuie pas assez sa passe de la tête et Fortes devance la sortie du portier havrais (7e). Sur le second, ce dernier va à la pêche sur un corner de Gragnic, le ballon tombe dans les pieds de Toudic, tout heureux de glisser le ballon au fond des filets (66e). Résultat : une défaite (2-1) qui scotche Le Havre à la cinquième place.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Cuits, cuits, les Canaris sont…

Nantes qui sombre à Evian-Thonon et s’éloigne de la Ligue 1, Boulogne qui s’impose enfin à l’extérieur, Benjamin Psaume qui retrouve des couleurs à Troyes et Fettouhi qui libère Istres d’un coup-franc magistral, c’est le bilan de la 21e journée de Ligue 2.

La perf’ : Boulogne s’exporte enfin

Il était temps! Boulogne, candidat déclaré à la montée, aura attendu la 21e journée pour aller s’imposer hors de ses bases. Un succès (1-0) qui plus est acquis au stade des Costières, contre des Nîmois invaincus depuis le 5 novembre dernier en Ligue 2. Le but de Vincent Pageot  à la demi-heure de jeu a concrétisé la domination des Nordistes, qui ont ensuite réussi à préserver leurs cages inviolées. Cette victoire à l’extérieur arrive un peu tard pour les Boulonnais, englués en milieu de tableau, à cinq points du podium. Mais qui sait? Une bonne série pourrait renvoyer Boulogne en Ligue 1, un an après l’avoir quittée.

http://www.dailymotion.com/videoxgtcua

Le bide : Nantes, une rouste qui fait tache

Il y a encore deux journées, Nantes était en course pour l’accession à la Ligue 1. 10 jours plus tard, les espoirs se sont fortement réduits. Après une défaite à la Beaujoire contre Troyes (0-1), les Canaris ont été balayés par Evian-Thonon-Gaillard samedi après-midi (0-3). Plus que le résultat, c’est surtout la manière qui interpelle, tant les Nantais ont été dominés, concédant une douzaine d’occasions en 90 minutes. La défense nantaise, pourtant la plus solide de Ligue 2 avant le match, a pris l’eau. Un constat inquiétant au moment d’aborder le sprint final.

 L’homme de la journée : Benjamin Psaume (Troyes)

Grand artisan de la montée d’Arles-Avignon en Ligue 1 la saison dernière, Benjamin Psaume s’ennuyait ferme dans la cité des Papes depuis le début de la saison. Pas dans les plans de Faruk Hadzibegic, le milieu de terrain a rejoint Troyes cet hiver pour y trouver du temps de jeu. Et l’opération est, pour le moment, un succès. Lors de sa première titularisation dans l’Aube contre Metz samedi dernier, Psaume a offert le succès à son nouveau club en fin de match (82e). Une victoire (2-1) qui permet aux hommes de Jean-Marc Furlan de revenir à quatre points du podium. Le podium, le FC Metz en est très loin, à moins qu’on lise le classement à l’envers: les Grenats sont 19e…

Le but du week-end : Fettouhi (Istres).

Dans un match capital en vue du maintien contre le Stade de Reims, Driss Fettouhi a libéré ses coéquipiers istréens d’un magnifique coup-franc des 35 mètres à l’heure de jeu. Un but superbe qui ouvrait la voie du succès aux Provençaux, qui ont aggravé la sentence à cinq minutes du terme de la rencontre par Akrour.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Zéro tracas, zéro blabla !

Pour ses grands débuts dans la MMArena, le Mans a dominé une équipe d’Ajaccio timorée (3-0). les Manceaux se retrouvent sur la deuxième marche du podium et rélèguent leurs adversaires de l’après-midi à quatre points.

Henri Legarda, le président du Mans, peut être heureux. L’inauguration de la MMArena s’est passé de la meilleure des manières. Pourtant, pour leurs premières dans ce superbe écrin, les hommes d’Arnaud Cormier ont eu du mal en début de partie. Outre une certaine nervosité, les Manceaux multipliaient les approximations techniques et n’arrivaient pas à trouver les deux attaquants, Helstad et Poté, trop esseulés. Bien organisés en défense, les Ajacciens étaient peu inquiétés, si ce n’est sur une belle frappe de Cuffaut des 25 mètres, finalement détournée en corner par Bernardi, le portier ajaccien (18e).

C’était Noël après l’heure à Ajaccio

Malheureusement pour elle, l’arrière garde corse allait commettre deux énormes erreurs payées au prix fort. C’était tout d’abord Lippini et Bernardi qui ne se comprenaient pas dans la surface, et offraient sur un plateau l’ouverture du score à Ludovic Baal, qui marquait ainsi le premier but de l’histoire de la MMArena (28e). Et au moment où l’on croyait avoir tout vu , c’était Begeorgi, le latéral gauche ajaccien qui s’alignait mal et permettait à Poté, bien servi en profondeur par Narry, de fixer le dernier rempart ajaccien d’un petit lob astucieux, après un superbe contrôle en extension (30e).

En deux minutes, Ajaccio était K.O debout. Les hommes d’Olivier Pantaloni ne pouvaient s’en vouloir qu’à eux-même. La défense, jusque là irréprochable, avait commis l’irréparable. Et deux erreurs de marquage auraient pu aggraver l’addition si Baal (32e) et Helstad (34e) avaient eu plus de conviction dans le dernier geste.

Désormais, Les Corses, venus au départ pour défendre, devaient se porter vers l’avant et enfin inquiéter Ovono, bien tranquille depuis le début de la rencontre. Et c’est au meilleur moment, juste avant la mi-temps, qu’ils auraient pu revenir dans la partie. Bien lancé dans le dos de la défense, Kinkela centrait trop mollement vers Cavalli seul au point de penalty et Bouhours sauvait les siens. Trop timides, les insulaires avaient laissé passer leur chance.

Le Mans en route vers la Ligue 1

Au retour des vestiaires, l’ennui gagnait les 25.000 spectateurs de la MMArena. Trop empruntés, les Ajacciens balançaient de longs ballons devant et n’inquiétaient pas la charnière centrale mancelle. En face, les locaux se contentaient de gérer leur avance. Des deux côtés, les joueurs avaient du mal à enchaîner les actions construites et le jeu était de plus en plus haché. Une superbe frappe de Thomas, bien claqué par Bernardi, faisait enfin monter l’ambiance (62e). D’autant que sur l’action qui suivait, Baal faisait des misères à Lippini et centrait parfaitement pour Cissé (entré en jeu juste avant le repos), seuls aux six mètres mais qui arrivait à mettre le ballon au dessus.

Jean Francois Rivière avait beau se démener à la pointe de l’attaque ajaccienne, il n’arrivait pas à inquiéter Ovono, même sur une frappe à l’angle de la surface (65e). Ajaccio était résigné. La révolte se faisait attendre. Les entrées de Delort et Socrier à 25 minutes du terme n’ont rien changé à la donne. Le Mans pouvait dérouler son jeu et résister aux maigres assauts des insulaires. Et c’est en contre que les locaux tentaient de tuer définitivement le match. Cuffaut loupait le coche (71e) et envoyait la ballon dans les tribunes. En revanche, Helstad ne manquait pas le cadre à un quart d’heure de la fin du match. Suite à un double une-deux avec Thomas, le buteur norvégien s’en allait tromper de près Bernardi et tuer les derniers espoirs ajacciens. Et au lieu d’un dernier baroud d’honneur, les Corses continuaient de subir et Helstad aurait même pu s’offrir un doublé s’il avait mieux contrôlé un ballon qui traînait devant les cages de Bernardi (88e). Néanmoins, le festival sur le terrain était assuré. Un autre, pyrotechnique, attendait le public manceau.

Henri Legarda, quant à lui, peut désormais regarder vers l’avenir. Avec le nouveau stade, «on a rempli la première partie de notre projet, déclarait-il samedi matin dans les colonnes de L’Equipe. Faisons tout pour retrouver la Ligue 1». Avec ce succès, ses troupes se placent en deuxième position, bien placé dans le wagon de la montée. Néanmoins, le club sarthois a encore un peu de temps avant d’«être dans les cinquante meilleurs clubs d’Europe».

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bienvenue en Ligue 2!

Du jeu léché, des belles relances, du spectacle, des ambiances de folie, vous en rêviez, la Ligue 2 l’a fait! Un petit aperçu, avec ce Laval-Troyes, une affiche de rêve! Du beau jeu, de belles actions, des frappes lointaines, tout ce qu’on aime! http://www.dailymotion.com/videoxgesd8

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire