Souviens-toi, l’été dernier.

Ceux qui viennent ici souvent s’en sont rendu compte, le Règne de l’Arbitraire a pris des vacances. Trop de travail, pas de temps, mais surtout, un été encore plus pauvre en cinéma qu’une cérémonie des Oscars. Mais si vous avez la gentillesse de me lire, je vous dois bien un petit récapitulatif.

Si jamais vous avez passé l’été dans une cave, voici dans l’ordre, la critique expéditive de ce qui s’est passé au cinéma :
Harry POtter
Harry Potter et les reliques de la mort : partie 2

Inutile de reproduire un coup de gueule déjà vu, j’aime pas les séries. Comme Twilight et autres bouses du genre qui tirent le maximum de fric d’une saga déjà bien rentable. Bref, Harry Potter c’est nul. Les acteurs sont lisses, à commencer par le héros, la musique est violonneuse, les effets spéciaux sont cheaps et les tentatives du réalisateur pour faire un film sombre sont aussi crédibles que BHL en philosophe. Mais à sa décharge, je l’ai vu en VF, ce qui empire le tout.

En Bref : Il fallait pas aller le voir.

Super 8
Super 8

Pas la peine de s’étendre, l’excellente critique de Devech a déjà tout dit. JJ Abrams caricature son maître Spielberg. Dans les bons côtés, il livre un film assez pêchu, avec deux trois bonnes vannes et des scènes spectaculaires. Mais on a l’impression de revenir en arrière quand les héros regardent le ciel avec des étoiles dans les yeux et malgré ses bonnes intentions, le film n’évite pas la guimauve et les sentiments pré-mâchés.

En Bref : Il fallait pas aller le voir, mais ça passait bien avec du pop-corn.
La guerre est déclarée dis-donc !

La guerre est déclarée

L’histoire d’un nouveau-né qui attrape une tumeur avait beaucoup de raisons pour être pathétique et tire-larme. Heureusement, les scénaristes du film jouent leur propre rôle : l’histoire vraie de deux parents qui se battent. En 23 ans de spectatisme, c’est la deuxième fois que j’ai pleuré devant un film (la première fois c’était pendant la mort de Kevin Costner dans Un monde parfait). Malgré tout, le film est léger, brillamment mis en musique et bien interprété. Dommage que l’image soit si cheap et que certains passages frisent l’amateurisme, notamment la fin, un peu naze. On est pas passé loin du grand film.

En Bref : Il fallait aller le voir. En plus la fille s’appelle Juliette.

Présumé COupable
Présumé coupable

L’histoire vraie d’Alain Marécaux. Un huissier de justice tranquille qui s’est retrouvé accusé de viols répétés sur des mineurs dans l’affaire d’Outreau. C’est l’histoire d’une vie brisée, l’histoire d’un système judiciaire malade qui couvre ses propres incompétences par des erreurs graves. Et cette histoire est puissante, terrassante, importante. Pour la mettre en scène, le réalisateur se contente du minimum quitte à être un peu terne. Mais bon, des fantômes en 3D, ça aurait fait désordre.

En Bref : Il fallait aller le voir. Juste pour l’interprétation époustouflante de Philippe Torreton.

Drive

Drive

Tout le monde en parle. La critique saute sur son siège et Ryan Gosling fait tripper les gonzesses. Réalisateur talentueux, Nicolas Winding Refn fait des plans hyper travaillés sur de la musique chébran. Des filles se font exploser le crâne au ralenti, le héros porte un cuir avec un scorpion dessus et les dialogues sont entrecoupés de silences pesants. On peut trouver ça furieusement moderne. On peut aussi penser que le réalisateur se la raconte un peu, que les acteurs sont amorphes et que les gerbes de sang à répétition exhalent des vieux relents de fascisme. Moi je me suis emmerdé.

En Bref : Il fallait pas aller le voir. Mais quelque part entre Terrence Malick et Quentin Tarantino, il y a tout de même de belles trouvailles.

The Artist

The Artist

Après Drive, c’est l’autre film dont tout le monde parle. Encore une fois, le buzz est un peu trop bruyant, mais il faut reconnaître que le réalisateur est courageux. A l’époque de la 3D clinquante panoramique, il sort un film muet en noir et blanc. Marrant mais pas transcendant, Jean Dujardin prouve qu’il a vraiment une gueule d’acteur américain. On rigole peu mais on sourit souvent et le film se clôture sur une scène de claquette mémorable. Dommage que le réalisateur s’obstine a faire durer les passages mélodramatiques sans jamais savoir s’il fait une comédie old-school, une parodie potache ou une vraie tragédie.

En Bref : Il fallait aller le voir. Parce que c’est le seul film muet que vous verrez cette année et parce que le réalisateur prouve qu’on n’a pas besoin de millions de dollars pour raconter une belle histoire.

Sinon, le film de l’été, vous l’aurez compris, il est juste en dessous.

5 réflexions au sujet de « Souviens-toi, l’été dernier. »

  1. Bon que tu n’aimes pas Harry Potter, je peux comprendre même si je ne partage absolument pas l’avis.
    Je suis d’accord avec ce qui se dit sur Super 8 pour lequel j’avais été vraiment déçu (un bon démarrage puis plus rien).

    Mais Drive… Drive quoi ! Je n’aime pas forcément suivre l’avis de la majorité, mais celui là vaut largement d’être vu. Il est juste impeccable. Une véritable atmosphère, une magnifique photographie, une BO qui vaut le déplacement à elle tout seule… Sans compter quelques scènes quand même excellentes comme l’intro ou celle de l’ascenseur.

    Dire que le film a des gerbes de sang à répétition c’est de la mauvaise foi. 75% du film, c’est calme (contemplatif ?) et juste beau. Et de temps en temps, il y a des effusions de violence pure. Mais c’est loin d’être « à répétition ».

    Donc non, il faut aller voir Drive !

    Je regrette par ailleurs que tu n’aies pas vu (ou que tu n’en aies pas parlé) La Piel que Habito. Curieux de savoir ce que tu en aurais dit.
    Content que le Règne de l’Arbitraire soit de retour.

    • Harry Potter c’est pas négociable.

      Mais je reconnais que Drive impose quelques idées brillantes. Le cache-cache initial entre les flics et Gosling ringardise toutes les scènes de poursuite du cinéma old-school, la musique est brillante et la photographie géniale. OK.

      Mais je ne lui pardonne pas cette lenteur artificielle qui finit par peser, et annuler la beauté du reste. Pour la violence, je persiste : la scène de l’ascenceur que tu sembles avoir aimé, c’est un mec qui explose un crâne à coup de talon. Moi j’aime pas.

      En fait, le vrai problème de Drive, c’est son manque d’humour et de modestie.

  2. Coucou ! Ça y est, j’ai vu Drive. Un film de plus pour lequel je ne comprends pas le foin qui a été fait autour. Perso, un peu comme toi je pense, je me suis emmerdée, en me demandant quand ça allait démarrer. Sauf que toi, tu as l’oeil pour voir les plans, les trucs techniques, la recherche tout ça. Moi pas.

    Et Ryan Gosling qui fait toujours le même sourire niais à chaque réplique, chuis désolée, mais je vois pas où il aurait mérité un Oscar et pourquoi ça a gueulé dans tous les sens quand il l’a pas eu. Donc au final, je ressors avec une impression pas top.

    Et en plus, j’ai fait des cauchemars la nuit, chuis sûre que c’est à cause de lui. :(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>