Une grosse Gondry

Chez Gino

Comédie quatre fromages de Samuel Benchetrit, avec José Garcia, Anna Mouglalis, Samuel Benchetrit

Sortie le 30 mars 2011.

Image de prévisualisation YouTube

2 minutes 01 de : Pub pour Sodebo

José Garcia qui joue un pizzaïolo italien… Rien qu’avec ce postulat de départ, le spectateur est invité cordialement à aller voir ailleurs si la pâte est mieux cuite. A croire qu’il n’y a pas assez d’acteurs italiens disponibles en France pour jouer un petit gros énervé. Alors certes, même si José Garcia à le monopole de ce type de rôle et tente de concurrencer Kad Merad sur le terrain de l’omniprésence cinématographique, il va falloir que quelqu’un lui dise qu’il y a quand même des limites ! Et très vite, avant qu’il ne veuille incarner De Gaulle, Peter Pan, Jeanne d’Arc et Alien.

Pour autant, s’arrêter à cette première incongruité pourrait être une erreur. Très vite, le scénario du film commence à se dessiner et s’avère alléchant : pour pouvoir hériter de son oncle, un mafieux italien probablement dans le business de Nutella, « Gino » Garcia doit lui prouver qu’il est le véritable Jabba des Pizza Hut bruxellois.

Pas une mince affaire. C’est pourquoi il engage les services d’un cinéaste au regard aussi expressif que celui d’une chèvre confrontée à un Sudoku (incarné par Samuel Benchetrit, également réalisateur du film, dont on espère qu’il fut plus expressif sur le plateau de tournage) afin de « filmer » sa fausse vie de truand. Et là, les choses deviennent intéressantes. On assiste à la construction d’un film dans le film, réalisé avec trois rustines et deux bouts de ficelles. Un cinéma à la MacGyver qui n’est pas sans rappeler le Soyez sympa, rembobinez de Michel Gondry, excellente potacherie sur le cinéma populaire américain.

Chez Gino, les acteurs ont tous l’air plus bêtes les uns que les autres. Sans doute l’air bruxellois, diront les mauvaises langues. Ce serait bien mal connaitre la capacité de Benchetrit à filmer des loosers attachants, comme en atteste les plutôt bons Janis and John et J’ai toujours voulu être un gangster.

Alors, ce film, on ira le voir ? Pourquoi pas, histoire de pouvoir justifier de son quota mensuel de films français. Mais pour le prix d’un ticket de ciné, vous pouvez aussi avoir une margarita. A vous de voir ce que vous préférez…

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>