Tronches de Cannes

Le festival de Cannes a enfin un visage ! Ou dix-neuf en fait, soit le nombre de réalisateurs en lice pour la palme d’or cette année !

Tout juste dévoilée, la 64e cuvée du festival cannois s’annonce fort sympathique. Pedro Almodovar, Nanni Moretti, Lars Von Trier ou encore Terrence Malick… que des grands noms du cinéma qui, s’ils n’ont pas toujours eu la caméra heureuse, ont au moins le mérite de voir leur travail comme une œuvre artistique et pas comme une aventure d’Action Man grandeur nature. Alors forcément, certains esprits grognons trouveront encore à y redire, arguant que « ce sont toujours les mêmes qu’on voit, et gnagnagna », mais tant qu’à sélectionner des réalisateurs, autant prendre des bons. Ou sinon on va au festival du téléfilm de La Rochelle. Ok, je suis snob, mais c’est Cannes, et si tu peux pas être snob à Cannes, autant arrêter le champagne à l’orange tout de suite.

Mais Cannes c’est encore loin (la fiesta commence le 11 mai) et, honnêtement, on aura sans doute autre chose à faire à ce moment-là… Aller au ciné (bha ouais, la plupart des gros films cannois sortent en même au cinéma, alors inutile de bouger son boule sur la croisette), revoir une énième fois le dernier Winnie l’Ourson pour tenter de déceler toutes les références pornographiques cachées dans le film, ou encore s’entrainer pour Roland-Garros (histoire d’aller chercher le trophée nous-mêmes, on a sans doute plus de chances que les tennismen français.)

Alors le Jugement premier a pris une décision. Il fera Cannes avant Cannes ! Avec sa cérémonie d’ouverture et son discours (l’humoriste Nicolas Bedos ayant décliné mon offre pour écrire celui du festival officiel, j’ai dû me rabattre sur Tex), les soirées alcools/coke/Beigbeder chez moi (un jeu concours vous permettra prochainement de gagner des entrées) et, bien sûr, son palmarès, tout cela en partenariat avec Nailner (pour en finir avec les mycoses sous les ongles de pied).

Donc : 19 films en compétition officielle, autant dans la catégorie « Un certain regard », plus cinq incrustes présentés « Hors compétition », ça fait beaucoup de bandes-annonces à passer au crible du Jugement premier. Trop même, aussi j’appliquerai une sélection aussi sévère qu’injuste et vous soumettrai ma propre sélection dans la sélection (« la crème de la crème » pour reprendre l’expression favorite de mon confrère de Techweek).

Les premières critiques arriveront très vite, alors soyez prêts ! Et n’hésitez pas à contester, pester et vociférer via la touche commentaires ! Et proposer votre propre palmarès !

En attendant, je vous invite à lire ou relire la première vict… heu critique juste ci-dessous, celle du nouveau Woody Allen, présenté Hors-compétition en ouverture du festival.

A très vite !

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Tronches de Cannes

  1. JE SUIS PAS UN ESPRIT GROGNON ! Fais chier merde quoi putain bordel y’en a marre c’est dégueulasse injuste pourri nul débile.

    Merci pour le lien :-D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>