Dans les bidonvilles indiens

L’Inde : la 12e économie mondiale, avec un taux de croissance de 8% par an. Un boom qui en laisse beaucoup sur le carreau : 110 millions d’Indiens vivent dans les bidonvilles qui s’amassent aux abords des grandes villes – soit un tiers de la population urbaine du pays. Rien qu’à New Delhi, ils seraient au moins 5 millions, victimes récurrentes de maladies liées au manque d’hygiène, choléra et malaria en tête.

Un phénomène qui dérange les autorités, bien décidées à donner de la capitale indienne l’image d’une ville propre et moderne, capable de concurrencer les plus grandes métropoles mondiales. Plus de 18000 logements « illégaux » ont ainsi été rasés par la municipalité, peu avant les Jeux du Commonwealth en 2010. Leurs habitants ont été relogés loin des beaux quartiers de Delhi, à une trentaine de kilomètres au sud du centre-ville. Toujours dans des taudis, toujours sans eau potable ni électricité.

Trois étudiants du CFJ ont arpenté les rues du bidonville de Ghazipur, où vivent les « waste pickers » (ramasseurs d’ordures) de New Delhi. Lire l’article.

Cette entrée a été publiée dans Pollutions. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.