Les délinquants du trottoir (L.PM)

Que ceux qui pestent contre l’invasion des deux-roues sur les trottoirs se rassurent, le crime ne reste jamais impuni. Pour peu qu’elles soient dans leur bon jour, les pervenches se chargent de rappeler aux inconvenants qu’ils ne sont pas les bienvenus sur le territoire des piétons: la piqûre de rappel leur coûtent la modique somme de 35 euros au motif que leur stationnement est « gênant ». Qu’ils soient gentiment collés contre un mur, dans le prolongement d’un parking rempli, sur un trottoir assez large qui permet tant aux poussettes qu’aux fauteuils roulants de passer à côté de l’engin malvenu, rien n’y fait : ils gênent. Dès lors, pourquoi sont-ils si nombreux à vous empêcher de flâner tranquille? Sont-ils idiots? Ont-ils le goût du risque et de la provocation?

Que nenni! Ni courageux, ni téméraires, les usagers de deux-roues sont simplement épuisés de tourner en rond pendant des heures (tels des automobilistes) pour trouver une petite place où se caser tant les parkings brillamment designés à leur intention sont à la limite de l’obésité.

Vous qui n’y prenez jamais garde, observez l’état d’un parking deux-roues. Où que vous alliez, dans n’importe quel arrondissement, il est plein! C’est la condition d’existence d’un parking deux-roues parisien : plein et mal-fichu. S’il n’est pas plein c’est que, tels des coucous, des vélos sont venus s’agripper aux poteaux (rarement utiles à un deux-roues motorisé) de séparation des emplacements, laissant à côté d’eux une place amputée, impossible à combler.

Les places sont toujours chères pour les légalistes (L.P.M)

Sachez-le, c’est toujours en désespoir de cause, avec regret et désarroi qu’un motard (je ne sais pas ce que pense un scooter) empiète sur un territoire qui ne lui est pas dévolu. Victime d’ostracisme, il se met où il peut, renonçant par peur des représailles à envahir l’ennemi ultime: l’automobiliste, et prend sur lui le risque de voir l’incarnation de la droiture sévir d’un coup de stylo et lui demander des comptes.

Amis motards, ne vous arrêtez pas à Paris, c’est trop cher.

LPM.

Tagged with:
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>