Porte de Versailles

Porte de Versailles. Le fief d’une bande de tours exilées, mises au rebut de la société. De grandes rues désertes qui n’ont pour seul horizon que des colonnes de plomb. Faut-il préciser qu’il n’y fait pas bon se promener ? Le métro tombe à point. La possibilité d’un ailleurs : Odéon, Saint-Paul, la Motte-Picquet… Encore faut-il avoir le cœur bien accroché, car c’est un peu la cour des miracles.
Je suis rentrée après un long séjour londonien, il y a deux ans. J’avais oublié ! A peine assise, j’étais en face d’un fou. Dans les transports parisiens, les gens sont… pittoresques. Là un ivrogne, bouteille à la main. Ici une petite vieille, qui prend en otage une innocente. L’angoisse.

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>