Me voilà de retour après deux semaines de reportage en Inde. Vous vous doutez bien que je m’étais réservé un sujet « rebuts ». Malade, mais motivé par les gravats qui m’entouraient en permanence, je suis allé, caméra à la main, sur une décharge à ciel ouvert. Avec mes camarades de reportage, on l’avait affectueusement surnommée la « garbage mountain » (à prononcer Garrrbage mountain, à l’indienne). Gros choc une fois sur place, à Ghazipur (banlieue nord-est de New Delhi). Regardez les images satellite.

Paysage lunaire à Ghazipur (Google map)

Au niveau du sol, nouvelle claque. Un bidonville pestilentiel, des gens heureux malgré tout, et un constat : sans le marché informel organisé ici par les ramasseurs d’ordures, clandestins pour la plupart, la ville serait un tas d’immondices. Et là une rencontre, avec le membre d’une association qui s’occupe de ces gens, qui tente de veiller sur leur santé.

Visite de la décharge de Ghazipur et de son bidonville, commentée par S. Kajichew de l’association environnementale Chintan. (Sébastien MILLARD)

Sacrée expérience !

Sébastien MILLARD (avec Juliette DROZ et Kilian FICHOU)

A lire, l’article adossé à la vidéo.

Tagged with:
 

3 Responses to A New Delhi, les ramasseurs d’ordures de Ghazipur veillent sur l’environnement

  1. lagerdu94 dit :

    Super article. Franchment, ca fait de la peine de savoir que ça existe. Et pendan ce temps la, Sarkosy mange au Fouquets!

  2. Lamainverte dit :

    Thème intéressant et peu connu sur les petites mains de la pollution à New Delhi ! Très bonne vidéo. Continuez !

  3. [...] A New Delhi, les ramasseurs d’ordures de Ghazipur veillent sur l’environnement [...]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>