Casting Solidays : Les stars des musiciens souterrains

Jeudi 7 avril, la station Miromesnil accueillait le casting des Musiciens du métro pour Solidays. Sur les six artistes préselectionnés par la RATP, deux se produiront sur la scène du festival cet été. Premier élu : le groupe Je vous déteste.


300 « Musiciens du métro » sont labellisés par la RATP chaque année. Parmi eux, six ont été préselectionnés pour participer au casting qui les enverra peut être sur la scène du festival Solidays cet été. Remingway, Irma, Je vous déteste, Madalena, Alex Keren et Henri Barry sont les heureux élus.

Jeudi 7 avril, tous les candidats étaient conviés à la station Miromesnil pour se produire devant plus d’une centaine de personnes, dont pas mal de journalistes. Le groupe Je vous déteste a d’ores et déjà assuré sa qualification puisqu’il a été retenu par un jury de professionnels conviés pour l’occasion : Carmen Maria Vega, 20Syl du groupe de rap nantais Hocus Pocus et Wax Tailor.

Un deuxième artiste sera désigné par les internautes. Le site de la RATP a mis en ligne les vidéos du casting pour que vous puissiez voter et élire celui ou celle qui rejoindra Je vous déteste à Solidays (au passage : go Alex Keren! Mais je vous laisse juges…).

Les six candidats n’ont pas été choisis par hasard. La plupart d’entre eux ont déjà sorti un album ou sont en cours de production. S’ils sont tous des « Musiciens du métro » depuis plusieurs mois, certains n’avaient sans doute pas besoin d’un coup de projecteur supplémentaire. Grâce au succès de sa chanson « I know  », Irma s’est par exemple déjà forgé sa petite réputation. Produite par My Major Company, elle a récemment multiplié les plateaux télé, comme Le Grand Journal ou le 13h de France 2. Mais c’est surtout l’occasion pour ces artistes de décrocher un ticket pour jouer au très prisé festival des Solidays.

« C’est aussi l’occasion de faire un peu de promo pour l’album qui sort bientôt », confie le chanteur Alex Keren. « C’est pour ça qu’on a choisi les deux chansons phares de l’album pour les jouer aujourd’hui. » Zad, l’un des musciens d’Alex, avoue sa frustration de n’avoir pu jouer que deux morceaux. « Mais c’est surtout une super chance, rajoute-t-il. Le métro, c’est quand même la meilleure des vitrines pour nous. »

Pierre, le bassiste d’Henri Barry, le confirme : « Jouer dans le métro, c’est la meilleure des écoles. Parce que faire arrêter des gens qui à priori n’ont pas le temps de nous écouter, c’est vraiment une mission! » Une mission qu’ont en commun tous les artistes du métro, qu’ils soient officiels ou pas.

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Ika, la voix de la ligne 3

Chaque jour, elle parcourt la ligne 3 inlassablement. Durant ses allers-retours, Ika chante son pays, la Roumanie.

« Bonjour monsieur, bonjour madame, je vous souhaite un bon voyage! Je vous propose un petit programme musical. » A chaque fois qu’elle rentre dans une rame, Ika commence par ces mots. Puis elle ferme les yeux et se met à chanter. Un rituel qu’elle répète des dizaines de fois par jour, depuis de nombreuses années.

Faute de travail dans son pays, Ika a quitté la Roumanie pour venir vivre en France avec ses enfants. C’est là-bas qu’elle a appris à chanter. « Je chante depuis toujours. Ce n’est pas dur pour moi, je ne suis pas triste. Mais je suis fatiguée », explique-t-elle en montant péniblement les marches de la station Opéra, où elle fait à chaque fois demi-tour pour prendre la ligne 3 en sens inverse.

La ligne 3, c’est le théâtre d’Ika. Elle ne chante jamais dans les couloirs, uniquement dans les rames. Il y a parfois des contrôles dans les couloirs du métro où tout le monde n’a pas le droit, comme Simon Carrière (post précédent), de se produire librement. Et puis… « J’ai mes habitudes! », s’exclame-t-elle.

A capella, Ika se sent bien. Nul artifice pour elle. Simplement sa voix, qui couvre parfois les messages de la RATP. Ne lui parlez pas de micro, Ika s’en offusquera : « Moi un micro? J’en ai pas besoin… »

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Simon Carrière: Musicien officiel du métro

Station République. Sur le chemin du boulot, ils sont rares à s’arrêter pour écouter Simon Carrière. Juste quelques accords pour la route.

« Je viens souvent à République mais je bouge selon mon humeur. » Cela fait un an et demi que Simon Carrière joue et chante dans les couloirs du métro parisien. Originaire de Grenoble, cet auteur-compositeur de 27 ans fait partie de la grande population des « musiciens du métro ». Et pas n’importe lequel puisque le jeune artiste est officiel.

Comme d’autres chanteurs, groupes ou musiciens, Simon a passé le casting de la RATP pour obtenir le droit de jouer librement dans le métro. C’est donc son badge en poche qu’il sillonne les lignes et improvise des scènes. Affiches, tracts pour des concerts, vente d’albums auto-produits,… Simon est organisé et ne veut pas passer inaperçu.

Comme Keziah Jones, le chanteur nigérian découvert dans le métro, Simon espère un jour se faire remarquer. En attendant, il égaie les trajets des Parisiens et distribue des sourires. « A votre tour de partir en voyage… »

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , , | 5 commentaires

Bienvenue six clés sous terre!

Ce blog est destiné à vous faire découvrir les artistes – musiciens, chanteurs ou groupes – qui se produisent dans le métro. Par choix ou par défaut, les rames et les couloirs souterrains se transforment chaque jour en scènes improvisées.

De la chanteuse d’opéra au joueur d’accordéon, les voix et les rythmes se croisent et se mêlent. Un voyage au cœur d’un théâtre tentaculaire.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire