Ika, la voix de la ligne 3

Chaque jour, elle parcourt la ligne 3 inlassablement. Durant ses allers-retours, Ika chante son pays, la Roumanie.

« Bonjour monsieur, bonjour madame, je vous souhaite un bon voyage! Je vous propose un petit programme musical. » A chaque fois qu’elle rentre dans une rame, Ika commence par ces mots. Puis elle ferme les yeux et se met à chanter. Un rituel qu’elle répète des dizaines de fois par jour, depuis de nombreuses années.

Faute de travail dans son pays, Ika a quitté la Roumanie pour venir vivre en France avec ses enfants. C’est là-bas qu’elle a appris à chanter. « Je chante depuis toujours. Ce n’est pas dur pour moi, je ne suis pas triste. Mais je suis fatiguée », explique-t-elle en montant péniblement les marches de la station Opéra, où elle fait à chaque fois demi-tour pour prendre la ligne 3 en sens inverse.

La ligne 3, c’est le théâtre d’Ika. Elle ne chante jamais dans les couloirs, uniquement dans les rames. Il y a parfois des contrôles dans les couloirs du métro où tout le monde n’a pas le droit, comme Simon Carrière (post précédent), de se produire librement. Et puis… « J’ai mes habitudes! », s’exclame-t-elle.

A capella, Ika se sent bien. Nul artifice pour elle. Simplement sa voix, qui couvre parfois les messages de la RATP. Ne lui parlez pas de micro, Ika s’en offusquera : « Moi un micro? J’en ai pas besoin… »

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Ika, la voix de la ligne 3

  1. helene dit :

    La lumière au bout du tunnel (du métro)… J’ai nommé Ika! ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>