Ce mercredi 9 février, TF1 News et Métro lancent leur Twittoscope. Ce nouvel outil, développé par TNS Sofres et Semiocast, identifie les personnalités politiques françaises dont on parle le plus sur Twitter et analyse la façon dont elles sont perçues. Chaque mois, Twittoscope proposera le top 20 des politiques les plus cités sur le réseau social.

Comment ça marche ?

La première étape du Twittoscope est évidemment le recueil des messages. Il se fait à partir de mots-clés sur la base d’une liste de 140 personnalités politiques m ajeures en France, en tenant compte du nom, du prénom, des surnoms et des abréviations (ils ont pensés aux DSK , Sarko ou MAM, bien ouéj).


Le second ressort du Twittoscope est beaucoup plus marrant (ou du moins l’anglicisme l’est). Il s’agit du « mood« , soit la mesure des sentiments associés aux personnalités politiques dans les messages.
Chaque tweet est classé dans une des 4 catégories établies, à savoir les positifs, les échanges d’infos, les critiques et enfin les rejets. Les deux dernières catégories semblent difficiles à délimiter. Toutefois, sachez chers Twittos que l’insulte sera classée dans le rejet, l’ironie dans la critique (si vous rejetez MAM arrêtez les jeux de mots, ça n’est pas assez clair, une bonne insulte tout le monde comprend).

Pour les premiers classements certains vont bouffer du tweet : « Le codage des tweets selon ces 4 catégories est effectué manuellement avant d’être automatisé« , précise TF1 News.

1er round : Sarko, Marine et MAM en tête

Pour le premier top 20 du Twittoscope, sans surprise Nicolas Sarkozy est numéro un avec 60 200 tweets (sur un total de 380 000 tweets politiques mesurés en janvier). La seconde place revient à Marine Le Pen, talonnée par MAM en troisième position.
Finalement, la star Twitter du début 2011, c’est bien Michèle Alliot-Marie. Tellement « MAM en point » après ses vacances tunisiennes, qu’il ne se passe plus un jour sans que les utilisateurs de Twitter la torpillent.

Le poids du tweet politique…

Est-ce que Twitter est un bon outil pour prendre le pouls de l’opinion politique ? sûrement. Est ce que Twitter fera l’élection de 2012 ? certainement pas. Soyons francs, les gazouillis c’est « peanuts ». Les 2 millions de comptes Twitter en France sont bien loin des préoccupations de la majorité des Français qui n’en ont rien à faire des  TT et hashtags.
En période électorale, après la déferlante de sondages, pronostics et taux de confiance, le Twittoscope pourrait bien être la goutte d’eau de trop. D’ailleurs, l’outil ne manquera pas d’agacer ceux qui soutiennent une limitation des sondages,une plus grande transparence et la création d’un label « sondage politique » (lire à ce sujet « De la politique des sondages« ).

Le pari du Twittoscope est risqué. En attendant que Twitter devienne grand public, ce baromètre restera celui d’un microcosme de communicants.

 
blog comments powered by Disqus