Spielberg et aliens au crible de tarif critique

Le papa d’E.T s’y connaît mieux que personne en rencontres du troisième type. Il le prouve une nouvelle fois en produisant Cowboys et Envahisseurs dans lequel des aliens débarquent au Far-West. L’occasion de revenir sur les films d’extra-terrestres réalisés ou produits par Steven Spielberg.


Rencontre du 3ième type (1977): Sans doute l’une des œuvres les plus surestimées de Steven Spielberg. La scène finale, dans laquelle les ovnis illuminent le ciel étoilé, appartient pour toujours à l’histoire du cinéma. Mais si la virtuosité et le sens du merveilleux du réalisateur éclatent dans la dernière demie heure, la mise en place est extrêmement lente et l’ensemble souffre d’un vrai problème de rythme. Le film repose entièrement sur la scène de la fameuse »rencontre » et celle-ci tarde un peu à venir. Le quatrième long-métrage  de Steven Spielberg n’en demeure pas moins intéressant de par son approche originale et réaliste du genre. Pour la première fois au cinéma, les extra-terrestres ne sont pas perçus comme une menace. Le contact avec ces êtres venus d’ailleurs, qui communiquent ici grâce à la musique, est totalement pacifique. Le film résonne ainsi comme une invitation au voyage et à la découverte de l’autre. Un message d’espoir et de tolérance quasi messianique: les visiteurs viennent du ciel et sont entourés d’une lumière éblouissante… Dans l’imaginaire de Spielberg, les extra-terrestres remplacent Dieu !

Tarif critique du DVD: Rencontre du troisième peut rebuter par sa longueur et son manque de rythme. Mais le film occupe une place à part dans l’histoire de la SF et la scène finale vaut à elle seule le détour. Prix maximum conseillé: 15 €

E. T, l’extraterrestre (1982): On garde une tendresse particulière pour les films qu’on a découvert enfant. Avec Indiana Jones, E.T a sans doute été mon premier grand choc cinématographique. Je me souviens avoir été terrifié par les yeux globuleux et le corps difforme de la créature imaginée par Spielberg. Et, en même temps, j’étais émerveillé par certaines scènes qui sont restées gravées dans mon imaginaire, ainsi que dans l’imaginaire collectif : le doigt lumineux d’E.T pointé vers le ciel, les scientifiques en scaphandre, le vélo qui s’envole dans les aires…                                                                                                               E.T est sans doute l’œuvre la plus personnelle de Spielperg. Le réalisateur n’a jamais caché qu’il considérait son film comme une métaphore du divorce de ses parents. Elliot, le petit garçons d’E.T, s’invente un ami imaginaire pour oublier l’abandon de son père. Pourtant, paradoxalement, au-delà de son caractère intimiste, le film a touché le monde entier. Comme les meilleurs contes de fées, E.T est une œuvre totalement universelle et intemporelle. Mieux que personne, Spielberg a su capter la solitude de l’enfance. Mieux  que personne, il a su insufflé de la magie dans le quotidien. 30 ans après sa sortie en salle, le film n’a rien perdu, ni de sa poésie, ni de son pouvoir d’émotion, et continu d’émerveiller les nouvelles générations. E.T se paie même le luxe de ringardiser les nouvelles productions qui tentent en vain de l’imiter. A commencer par Super 8 pourtant produit par Spielberg lui-même.

Tarif critique: Gamin, j’avais acheté une figurine d’E.T à la kermesse de l’école. J’avais payé quelque chose comme 5 ou 10 Francs. La mère d’une élève de ma classe, visiblement fan, voulait absolument me la racheter pour sa fille. Elle a fait monter les enchères très haut. j’ai refusé de céder et  aujourd’hui, j’ai toujours ma figurine. Et oui, madame…Il y a certaines choses qui ne s’achètent pas! Prix maximum conseillé: E.T doit figurer dans toutes les bonnes DVDthèques, peu importe le prix.

Men in Blak (1997): Avec Men in Black (réalisé par Barry Sonnenfeld), Steven Spielberg revient au film d’extra-terrestres, mais cette fois en tant que producteur. L’occasion pour le réalisateur de s’auto-parodier. Les fameux « hommes en noir » dépendent de la la sixième division des services de l’immigration. Ils font tout pour que les humains ne remarquent pas avec qui ils partagent leur planète et veillent à ce que les « immigré interstellaires » se comportent bien. Ces derniers ont d’ailleurs un permis de séjour qui leur permet de résider dans telle ou telle partie du monde. On apprend ainsi que Michael Jackson est, en fait, un extra-terrestre. Steven Spielberg lui-même vient d’une autre planète !

Tarif critique du DVD: Hommage loufoque au vieux films de série B, Men in Black est un divertissement efficace qui a le mérite de ne jamais se prendre au sérieux. On retient la qualité des maquillages et des effets spéciaux. Le bestiaire inter-galactique est particulièrement réjouissant. Le tandem Tommy Lee Jones /Will Smith fonctionne à merveille. Le premier est aussi laconique et taciturne que le second est volubile et extraverti. Prix maximum conseillé: On en a pour son argent, 10€

A.I. Intelligence artificielle (2001): Les extra-terrestres débarquent à la fin du film et on se demande vraiment ce qu’ils viennent faire là. A l’origine, A. I. devait être un film de Stanley Kubrick. Après la mort du réalisateur de 2001, l’Odysée de l’espace, Spielberg a repris le flambeau. Le  thème de la déshumanisation d l’homme et de l’humanisation de la machine était passionnant. Mais le film, totalement bancal et boursoufflé, est un échec esthétique spectaculaire. La fusion entre le style de Kubrick, froid et épuré, et celui de Spielberg, plus sensible, n’opère jamais. C’est finalement la première partie très kubrickienne qui fonctionne le mieux. Dans la seconde partie, Spielberg semble s’auto-caricaturer, multipliant les références inutiles à E.T. Reste quelques scènes techniquement impressionnantes et la performance hallucinante d’H.J. Osment , le gamin de Sixième Sens. Pour la première fois, les Cahiers du cinéma ont encensé le réalisateur. C’est toujours mauvais signe… Tarif critique du DVD: L’union entre Spielberg et Kubrick était peut-être contre-nature. Complètement perdu, le réalisateur de Rencontre du  3ième type convoque E.T lors d’une dernière scène totalement hors-sujet. Prix maximum conseillé: Achetez plutôt le DVD de Blade Runner…

La Guerre des Mondes (2005): Pour la premières fois Spielberg présentent les extra-terrestres comme une menace. Cette fois, les petits hommes verts sont venus pour exterminer l’espèce humaine. Spielberg se complaît dans sa noirceur et son nihilisme et semble presque se renier. Sa vision pacifiste et humaniste des extra-terrestres était finalement beaucoup moins conformiste. Surtout, le réalisateur n’ a, ici, pas grand chose à raconter. La Guerre des Mondes se résume à un enchaînement de scènes spectaculaires et ressemble à un grand best-of de la carrière de Spielberg. Les Tripods évoquent le tyrannosaure de Jurassic Park. On pense aussi au Soldat Ryan ou à la Liste de Schindler. L’extermination de la race humaine est présentée comme un génocide. Mais cette fois, Spielberg met son indéniable virtuosité au service du vide, et réalise son premier blockbuster sans âme.

Tarif critique du DVD: Des centaines de millions de dollars investis…pour un vrai film à 2 balles. Prix maximum conseillé: 2€

Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008) : A la fin du film, Indy fait une drôle de rencontre avec E.T. Comme dans A.I., on se demande vraiment ce que les extra-terrestres viennent faire là et si Steven Spielberg et George Lucas n’ont pas abusé de substances illicites! Spielberg semble désormais convoquer les extra-terrestres à chaque fois qu’il manque d’inspiration. Cet ultime opus d’Indiana Jones n’est pas seulement un ratage, c’est une trahison. Un mythe s’effondre, une part de notre enfance est massacrée Impardonnable.

Tarif critique du DVD: Le coffret de la trilogie originel est indispensable, mais évitez de venir le polluer avec ce quatrième épisode. Si Le crâne de cristal doit avoir une place sur votre étagère, c’est au côté de Benjamin Gates et Allan Quaterman, en aucun cas avec Indy. Prix maximum conseillé:  1€ …pour la musique de John Williams.



Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>